Castle Rock :: 
FACE YOUR FEAR
 :: We lie best when we lie to ourselves :: welcome in a cursed town
Partagez | 
 

 Ben Fischer - I'm done with this shit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 55

ft. : Adam Driver


MessageSujet: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 12:05

''Monsters are real. Ghosts are too.
Benjamin
Fischer
34 ans
les témoins


   
LIEU DE NAISSANCE : Ludlow - NATIONALITÉ : Américaine - ÉTAT CIVIL : Célibataire - ORIENTATION : Bisexuel - MÉTIER/ÉTUDE : Médium à la retraite, rentier - FAMILLE : Sans - AVATAR : Adam Driver


   
We make up horrors to help us deal with the real ones.

   
TRAUMATISME(S)

   A l'âge de 14 ans, Benjamin était un médium connu. Entièrement sous la coupe de sa mère, cette dernière l'exhibait comme un animal de foire et acceptait un peu tout et n'importe quoi comme démonstration pourvu qu'il y ai de l'argent à la clé. Cette année-là, Ben mit les pieds dans l'une des maisons réputée les plus hantées des Etats-Unis accompagnant toute une équipe de scientifiques et de médecins. Ils allaient passer tous ensemble une semaine dans "la maison des damnés". Benjamin Fischer est le seul à savoir ce qu'il s'y est passé car il en fut le seul survivant et n'en a jamais parlé.
   


   
There's blood in every backyard, inside every home.


   - Benjamin est un ancien médium qui avait une solide réputation dans l'état du Maine et bénéficiait d'une petite notoriété en étant régulièrement interviewé dans des émissions de chaînes locales. Trimballé de ville en ville, il n'a jamais vraiment eu d'attaches et aucun réel ami. Pas de famille si ce n'est son imposante mère.  
- Le traumatisme vécu à Derry a autant marqué son esprit que sa chair. Le corps de Benjamin porte encore et toujours les stigmates de cette horrible semaine. Il en a honte et les cache car elles sont pour lui le symbole de son arrogance d'avant. Ben se sent responsable de la mort de toute l'équipe. Si seulement, il n'avait pas été aussi sûr de lui...
- Il déteste l'odeur de la menthe et tout ce qui s'en approche. C'est l'odeur entêtante jusqu'à la nausée qui envahit ses narines lorsque son sixième sens perçoit la présence d'un revenant. Il flippe comme un gamin lorsqu'il ne parvient pas à en trouver une origine bien réelle.
- Nomade, Ben ne reste jamais bien longtemps au même endroit. Ce n'est pas par choix car il aimerait sincèrement pouvoir s'arrêter quelque part et vivre normalement, dans l'anonymat. Mais fatalement, à un moment, quelqu'un le reconnaît et lui demande "un service". C'est le signe qu'il est temps pour lui de déménager. Benjamin a mis vingt ans avant de savoir museler son don, il se sent comme un junkie en manque - car oui, user de son don lui manque, c'est comme se priver d'un membre - il se sait toujours sur le fil prêt à replonger et il n'en a franchement pas envie. Rien de bon n'en est jamais sort.
- Ben ne travaille pas. Exploité par sa mère dès qu'il a fait étalage de son don, il dispose d'une épargne confortable et il n'est pas franchement dépensier. L'université de Miskatonic dont dépendait l'expérience de la maison des damnés lui a de plus versé de sacrées indemnités pour qu'il se taise et ne les attaque pas en justice pour irresponsabilité et non assistance à personnes en danger.
- Benjamin fume beaucoup et boit souvent. Ca le calme, ça l'aide à dormir et à ne pas rêver. S'il arrive maintenant à gérer les fantômes au quotidien, il ne peut rien faire contre ses démons du passé et n'a pas encore trouvé le moyen de faire des rêves lucides pour se débarrasser de ces derniers vestiges d'une époque qu'il souhaiterait loin, très loin derrière lui maintenant.
- Il n'est inscrit sur aucun réseau social et déteste tout système de communication par le biais d'Internet. Il change régulièrement d'adresse mail car des petits malins parviennent toujours à le débusquer et à diffuser cette dernière. Son téléphone portable est une antiquité des années 2000 incapable de recevoir la moindre image et il ne décroche jamais. Il ne l'utilise que pour appeler.
- D'un naturel méfiant et parfois impulsif, Benjamin n'est pas facile d'accès. Il est persuadé d'être maudit, les rares personnes avec qui il a essayé de construire quoique ce soit ne sont jamais restées. Elles ont été terrifié par quelque chose de malveillant qui semble planer autour de Ben et désire le garder pour elle seule.
- Il a un mauvais pressentiment sur Castle Rock, comme si la petite bourgade cachait les portes de l'Enfer. Il a l'impression d'être un gros poisson qu'on vient de réussir à ferrer et le pire, c'est qu'il sait qu'il se rue dans une sorte de piège. Il ne s'explique pas ce "magnétisme" irrésistible qu'exerce cette ville sur lui. Mais il y habite maintenant depuis quelques semaines.
- Quand il a emménagé en ville, il a trouvé un chat errant dans la remise du jardin. Une bestiole particulièrement moche avec la pelade et tous les parasites externes imaginables. Bien qu'il n'aime pas particulièrement ces animaux domestiques (pour ne pas dire qu'il les déteste), Benjamin l'a amené chez le vétérinaire et il l'a gardé. Appelé sobrement "le chat", c'est un animal infect avec tout le monde et une véritable boule de poils aimante avec Ben.
   


   
Pseudo : Papiousse - Pays : France - Inventé/Pré-lien : Inventé - Où avez-vous connu le forum? : Bazzart - Commentaires : J'ai piaulé de joie en découvrant la pub. C'est un vieux fantasme que vous réalisez avec un forum sur l'autre King.
They live inside of us, and sometimes, they win”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 55

ft. : Adam Driver


MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 12:05

History


   

22 Décembre 1998, 8H30, Derry, Maine

" Qu'est-ce que tu crois qu'on va trouver, Rob?
- J'en sais rien. Le vieux Bannerman m'a dit qu'en 1950, d'autres mecs avaient essayé le même truc. Ils ont trouvé un véritable carnage dans la maison à la fin de la semaine. Aucun survivant. Les flics de l'époque ont conclus à une vague de suicides mais il y avait du meurtre là-dedans, crois-moi.
"
La voiture s'engage dans l'allée menant à ce qu'on appelle "la maison des damnés", une immense bâtisse tenant plus de la demeure mégalomaniaque qu'autre chose. Le premier propriétaire était un riche entrepreneur excentrique et manipulateur. On murmure que dans ces murs, les invités se laissaient aller à leurs pires travers sans aucune retenue ni crainte de représailles. Un endroit hors du temps et des lois humaines, un putain de lieu de perdition. Ni Rob, ni son coéquipier n'y ont jamais foutu les pieds alors qu'ils ont grandi dans ce patelin. Depuis tout môme, ils en ont entendu des rumeurs et des légendes à propos de ce domaine interdit. Aujourd'hui, malgré les premières lueurs de l'aube qui percent les ténèbres de l'immense parc laissé à l'abandon et malgré leur âge adulte, ils n'en mènent pas large, terrifié comme les gamins qu'ils furent. Au bout de la longue allée de gravillons gris, ils savent qu'ils se trouveront face au porche flanqué de deux monstrueuses chimères de pierre. Ils allaient devoir gravir les marches de marbre et pousser cette monumentale porte en chêne pour pénétrer dans ces lieux qui ont peuplé leurs cauchemars de leur enfance. Soudain, le dénommé Rob pile net, pointant du doigt une forme blanche, roulée en boule devant l'entrée.
" Putain de bordel de merde. Mais qu'est-ce-que c'est que...c'est le gamin. Va me chercher une couverture de survie dans le coffre. Grouilles-toi! on sait pas depuis combien de temps il est là!"


"26 Décembre 1998, Hôpital de Bangor, Maine. Dossier numéro 364217. Médecin en charge du patient : Dr Devereaux.
Le 22 de ce mois, les officiers Pierce et Saltman on amené au service des urgences Benjamin Fischer, 14 ans. Bien que conscient alors et l'étant toujours à ce jour, le patient est resté mutique. Lors de son admission, il était plongé dans une grave hypothermie du à l'état de nudité dans lequel il se trouvait lors de sa découverte. L'examen extérieur se présente comme suit : multiples ecchymoses et plaies, fracture importante de l'avant-bras droit qui nécessitera la pose de broches, profonde entaille au visage, marques de strangulation au cou. Bien que trouvé nu, aucune trace d'agression sexuelle n'a été identifié sur Benjamin Fischer.
Nous ignorons toujours ce qui a causé tant de traumatismes sur un seul corps. La fracture, par exemple, a été faite par un être humain à en juger les hématomes mais il aurait fallu une force incroyable pour parvenir à tordre l'avant-bras jusqu'à la fracture. De plus, les ecchymoses ont de multiples provenances, nous y avons identifié des marques de mains, de poings, d'objets contondants et même des morsures de mâchoires humaines. Il nous est difficile de les dater ou de leur donner une chronologie. Certaines agressions semblent avoir été simultanées et sur des parties différentes du corps. La piste de plusieurs agresseurs est à retenir. Les jambes de Fischer ont été lacéré par un animal. Nos soupçons se portent sur un petit félin, du type chat domestique, il s'avère que l'équipe avait emmené une de ces bêtes sur les lieux. A ce jour, l'animal est introuvable. La plaie au visage a vraisemblablement été faite par une lame très fine du genre scalpel. Malgré les marques d'une strangulation violente, la trachée et le larynx du patient n'ont pas souffert de ce traitement. Nous ignorons encore comment puisque les stigmates indiquent clairement que l'étranglement a été puissant.
Je tiens personnellement éloignés les policiers qui souhaitent interroger le patient. Il est évident que Benjamin Fischer a subi des sévices importants et que son état dépend uniquement de la façon dont il va être traité dans les jours qui viennent.
"
Devereaux était son magnétophone. Poussant un soupir, il tire à lui les photos de ce gamin retrouvé nu sous le porche de "la maison des damnés". D'après les policiers, cet enfant participait à une expérience scientifique visant à prouver (ou pas) l'existence de phénomènes paranormaux dans la maison. D'après ce qu'il a pu en lire, le môme serait une sorte de médium ou de spirite que la mère balade d'état en état comme une bête de foire. Pour cette expérience, il était encadré de 6 autres personnes : un chimiste, un psychiatre, un physicien, deux ingénieurs et une autre médium. Tous sont morts.
Secouant lentement la tête, Devereaux sent son coeur se serrer en regardant les clichés. Pauvre gamin. Qu'a-t-il bien pu lui arriver dans cette foutue baraque? Soudain le téléphone sur son bureau sonne, le faisant sursauter. D'un geste rapide, il décroche.

"Dr Devereaux? Il a parlé.
- Qui ça?
- L'adolescent...Benjamin Fischer.
- J'arrive tout de suite.
- La maison m'a vomi.
- Pardon?
- C'est ce qu'il répète sans cesse. La maison m'a vomi.
"

New-York, 25 Août 2006.

Benjamin Fischer a 22 ans et il ne s'est jamais vraiment remis de ce qu'il s'est passé cette terrible semaine de Décembre 1998. Les plaies et les blessures sur sa peau se sont estompées mais celles de son esprit restent vivaces presque palpables. Après être resté un mois à l'hôpital de Bangor, il avait refusé toute nouvelle expérience scientifique ou pseudo-scientifique, il s'était opposé à sa mère qui voulait encore l'exhiber et avait exigé d'être émancipé. Pour vivre heureux, vivons caché. Ce dicton est devenu un sacerdoce. Ben a fermé son esprit à toute intrusion fantomatique. Petit-à-petit, il s'est muré derrière une barrière qu'il espère qu'aucune entité ne viendra forcer. Ce don si prodigieux il y a des années, il s'efforce de le contrôler, de le maintenir à l'écart. Benjamin Fischer veut être normal, banal, ennuyeux à mourir. Assis devant son écran de télé, il sirote un énième verre de whisky. Il boit trop, il fume trop et il le sait. On n'efface pas complètement ce que l'on est et même si savoir ce dont il est capable le terrifie, il doit bien avouer que parfois, ça lui manque. C'est comme ces douleurs-fantômes que ressentent les amputés.
On frappe à la porte de son appartement. Ben ignore son visiteur. Il n'a aucun ami et aucune raison de se lever. Mais ça insiste. Encore et encore. D'un pas rageur, il se dirige vers sa porte d'entrée et l'ouvre à la volée. Prêt à exploser de colère, son regard croise les yeux las et fatigués d'un vieil homme.
"Mr Fischer?
- Ouais.
- Vous êtes le seul à pouvoir m'aider."
Combien de fois a-t-il entendu cette phrase. S'accoudant au chambranle de sa porte, faisant barrage pour éviter que l'inconnu ne se faufile à l'intérieur, Ben lève les yeux au ciel en soupirant.
" C'est pour qui? Ta femme? L'un de tes gosses? Ne me dis pas que c'est pour un clébard...
- Ma femme...elle est.
- Morte. J'en doute pas sinon pourquoi tu serais là. Je touche plus à ça. Alors dégages.
- S'il vous plaît. Aidez-moi.
- Je n'aide qu'une personne, papy, et c'est moi en refusant d'aller emmerder les macchabées. Alors fais de même. Ta femme est morte, c'est triste mais c'est comme ça. Les gens naissent, vivent, font des gosses et crèvent.
- Mais...
- J'ai plus rien à te dire. Bonne journée!"
Benjamin s'écarte et referme violemment la porte. Ca fait plus de dix ans qu'il a raccroché sa boule de cristal. Il en a assez chié pour se faire oublier. Ras le cul d'avoir des veufs et des veuves éplorés à sa porte. Pourquoi les gens ne laissent pas les morts où ils sont? C'est quoi ce besoin morbide de savoir. Se vautrant dans son fauteuil, Ben s'empare de la zapette et change de chaîne.
" Mr Fischer, vous devez m'aider.
- Nom de Dieu de bordel de merde!"
La télécommande tombe au sol avec un bruit feutré. L'Odeur assaille ses narines. L'Odeur avec une majuscule, celle qui l'agresse quand son sixième sens lui révèle une présence parasite et surnaturelle. Cette foutue et écoeurante de menthe. Le vieil homme est juste derrière la télé, la moitié du corps dépassant du mur, les mains tendues vers lui. Benjamin ferme les yeux.
"Il n'y a rien. Il n'y a rien. Il n'y a rien." scande-t-il en se recroquevillant sur lui-même. Il essaie de prendre de grandes inspirations contrôlées réfrénant la nausée causée par l'odeur de menthe, ignorant les suppliques du vieillard. Visualisant un mur, Benjamin rajoute une brique puis une autre et une autre et une autre. Lorsque le mur est suffisamment haut, il ouvre les yeux, il est seul. Il halète comme s'il venait de courir un marathon, son coeur est sur le point d'exploser, son rythme martelant à ses oreilles comme un tambour de guerre. Ben se passe une main tremblante dans les cheveux.
"Ok. Il est temps que je m'arrache d'ici."
Lui qui rêvait de tranquillité, de stabilité, c'était râpé. Une fois de plus. Dès qu'il se sent en confiance dans un endroit, dès qu'il commence à instaurer une sorte de routine peinarde dans sa vie, il baisse sa garde, systématiquement et inconsciemment. Il n'en faut pas plus aux revenants pour s'engouffrer dans la brèche, aussi minuscule soit-elle, et envahir sa vie. Ils doivent sans cesse être aux aguets, où que Benjamin se trouve, attendant patiemment qu'une ouverture se fasse et qu'il les entende.

15 Janvier 2018, Orlando, Floride.

Assis à son bureau, la pièce plongée dans l'obscurité où seul le rayonnement de l'écran de l'ordinateur dispensait une lumière, Benjamin avait délaissé sa recherche de nouveau logement pour relire, pour la énième fois, ce mail. Il déteste Internet. La diffusion de ce moyen de communication à l'échelle mondiale a complètement ruiné ses rêves d'anonymat. Il suffit de "googler" les termes "maison des damnés et expérience scientifique paranormale" pour fatalement tomber sur son nom. Les illuminés de tout poil viennent en vagues successives pour le relancer, lui promettant parfois des sommes colossales en échange de son aide. Benjamin Fischer ne répond plus au téléphone et il a opté pour un appartement avec un visiophone, une façon de se créer une bulle inviolable.
Des mails bizarres, il a l'habitude d'en recevoir. Il a beau changer sans cesse son adresse électronique, on parvient toujours à le retrouver. Pourtant, ce message-ci l'intrigue. Un destinataire inconnu, impossible à contacter. Il s'agit d'une série d'articles de presse parlant d'une petite ville du Maine...foutu Maine. Des faits divers sordides. Des événements bizarres. Des gens qui pètent les plombs sans raison. C'est étrange. Ca réveille quelque chose d'anesthésié en lui qui remue lentement et paresseusement, comme sur le point de se réveiller. Castle Rock...il connaît ce bled.
Ecrasant sa cigarette dans son cendrier, il recrache la fumée par le nez. Peu importe qui lui a envoyé ce mail, on essaie de lui faire comprendre quelque chose. Mais il ne fait plus ce genre de choses... Pourtant, dans ce message, on ne lui demande rien. Il y a juste des articles de presse. Rien d'autre. Prenant une nouvelle clope dans son paquet, il l'allume et referme l'écran de son ordinateur portable. A pas lents, Ben se dirige vers son canapé où il se laisse tomber. Bon sang, il ne croit plus "aux signes" et à toutes ces conneries mais plus il y pense plus c'est bien ce que ça semble être. Un retour aux origines, dans ces villes où tout avait commencé. En plus, il cherche à quitter Orlando. Est-ce arrogant d'aller vivre dans un endroit qui semblait tellement louche? Commettait-il la même erreur qu'en 1998 en se croyant suffisamment fort? N'était-ce pas provoquer ces entités dont il s'est coupé d'aller s'enterrer dans un endroit qui puait le surnaturel? Il n'est plus cet adolescent frondeur, qui avait envie de prouver au monde entier ce dont il était capable. Il n'est plus ce jeune adulte incapable de couper ses sens avec l'au-delà. Il est un adulte qui sait se protéger, qui sait "les" éloigner, "les" tenir à l'écart. Et puis, il peut très bien ne rien se passer du tout.

   


   
The end. You wish.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 669

ft. : Elizabeth Olsen


MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 13:02

bienvenue à toi ! le personnage me semble très intéressant je flaire presque le fan de Stephen King si c'est le cas bref, il me tarde d'en lire plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 55

ft. : Adam Driver


MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 13:08

Ca se voit tant que ça que j'adore Stephen King?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 13:16

Le médium à la retraite, j'adooore !
Bienvenue à Castle Rock
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Messages : 316

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 13:34

Je suis impressionné!
Tu écris trop bien et le personnage est parfait
Bienvenue!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 669

ft. : Elizabeth Olsen


MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 13:47

je suis fan aussi héhé (mais bon peut-être pas autant j'en sais rien )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 188

ft. : Cujo Carousel


MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 14:05

Welcome to Castle Rock. May you ends well...



Tu es désormais validé! Tu peux donc aller découvrir le forum, si ce n'est pas déjà fait. Pour aider voici quelques liens rapides à visiter; tu pourras dès maintenant aller poster une fiche de liens pour trouver des connaissances à ton personnage. Si tu as déjà des idées en tête, tu peux également créer des pré-liens. Pour te lancer dans le rp, n'hésite pas à utiliser la recherche de RP. Une autre petite astuce pour trouver des liens; nous t'invitons à créer un téléphone à ton personnage, afin de pouvoir utiliser la rubrique petites annonces du Castle Rock Call.

En cas de question, n'hésites pas à communiquer avec l'administration. Bonne chance!



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 55

ft. : Adam Driver


MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   Dim 3 Juin - 18:09

Merci pour l'accueil Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ben Fischer - I'm done with this shit   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ben Fischer - I'm done with this shit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Nouveau 'Gouverneur" de la Minustah le Canadien Nigel Fischer se Fache
» Just to start shit [Libre]
» LET'S. DO. THIS. SHIT.
» I don't give a shit who you are! I'm here! |COMPLÉTÉE |
» I'm so sick of that same old shit (solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-