Castle Rock :: 
Castle Rock
 :: Central city
Partagez | 
 

 Another One Bites the Dust || Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 68

ft. : Jack Falahee


MessageSujet: Another One Bites the Dust || Aaron   Mer 6 Juin - 22:01

Alexis et Aaron

Another One Bites the Dust 


« Tu te souviens celui de New York à qui il manquait les yeux? Ça suintait encore quand on est arrivés. L’estomac de l’homme que j’ai ouvert hier ressemblait un peu à ça. Difficile de dire ce qu’il a avalé, mais ça suintait de la même façon. Blanchâtre et un peu collant. Ça n’a pas totalement dégradé l’intérieur de son estomac, mais ça a bien abîmé les poumons. Un gaz peut-être. Un effet chimique avec le contact d’autre chose. Sa femme a dit qu’il s’est étouffé en mangeant, mais je n’y crois pas. Il n’avait pas le spectre des doigts à la gorge et sa gorge n'est pas irritée. Ça semble avoir été beaucoup plus lent que rapide à en juger par son état lorsqu’on me l’a apporté. Ils l’ont cru alors ils ne m’ont pas appelé. » Je lève les yeux en direction de la jeune femme qui pose les assiettes devant nous, la troisième jeune femme à passer à la table depuis notre arrivée. Sans doute la seconde à aller vomir derrière à en juger par l’expression sur son visage. Peut-être est-ce en raison de la photo que j’ai déposé sur un coin de table afin de la montrer à mon frère. Celle représentant une partie du visage violacé de l’homme tout en s’appliquant à particulièrement bien afficher son cou. « Il a des marques de sang à la base du cou. Je me suis dit que tu aimerais y jeter un coup d’œil. » D’autant plus qu’elles devront disparaître avant que la meurtrière ne puisse enterrer son mari en paix. Cette prétendu veuve éplorée ne me berne en rien. Elle n’avait pas la moindre raison de mentir si réellement elle n’était pas la responsable et pourtant elle l’a fait ou a du moins omis de nombreux détails. Les gens sont d'un stupide.

« C'est... tout... euh? Il vous manque... quelque chose? » C'est tout juste si elle ne vomit pas directement sur la table, blanche comme un linge à fixer la photo plus qu'autre chose. Je prends une frite dans mon assiette et fait signe que non sans lui accorder davantage d'importance. Ce n'est pas elle qui m'intéresse de toute façon. Je devrais sans doute lui faire une quelconque forme de sourire pour sembler un moindrement sympathique, enfin c'est sans doute ce qu'on aurait lu dans 'Les relations sociales pour les nuls', mais l'envie n'y était pas. J'avais plus important à faire que mimiquer une quelconque forme de joie face à son service qui ne me rendait en rien joyeux. Rien ne me rend réellement joyeux. « J'ai fait des test sur le contenu de son estomac, mais les résultats ne sont pas encore arrivés. On en a probablement pour des semaines. Ça nous laisse le temps de trouver sans se faire presser, mais je crois qu'il n'y avait pas de nourriture dans tous les cas. » Je prends mon hamburger entre mes doigts à l'odeur un peu trop caractéristique de laboratoire malgré les lavages excessifs qu'ils subissent en une journée. « C'est le cas le plus intéressant de la semaine. Le reste ce n'est que des trucs aux couteaux, comme si c'était la seule chose en mesure de tuer quelqu'un. Ce n'est même pas propre et c'est trop simple à identifier. Par contre j'ai eu un truc intéressant. Un vieux qui n'avait qu'un rein. C'est intéressant comme ça change la dynamique interne du reste. C'est très subtile, mais présent. »

Je prends une bouchée de ma nourriture bien saignante, en rien dégoûté par la photographie que j'observe toujours en me demandant bien ce qui a pu engendrer de telles traces de sang. Surtout l'angle nécessaire vu la disposition particulière. Ça rendra peut-être le cas un peu plus intéressant. « Et ta semaine à toi? » Pas que nous n'en parlions pas à la maison, mais quitte à tenter de sembler socialement intégrés... Les gens parlent de boulot au restaurant en temps normal à ce qu'on dit alors pourquoi pas nous? Parce que les autres clients nous observent de façon étranges et les serveuses refusent de nous servir? De toute façon je préfère garder les discussions les plus intéressantes pour la maison.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 47

ft. : Jack Falahee


MessageSujet: Re: Another One Bites the Dust || Aaron   Mar 12 Juin - 9:45

Alexis et Aaron

Another One Bites the Dust 


« Tu te souviens celui de New York à qui il manquait les yeux? Ça suintait encore quand on est arrivés. L’estomac de l’homme que j’ai ouvert hier ressemblait un peu à ça. Difficile de dire ce qu’il a avalé, mais ça suintait de la même façon. Blanchâtre et un peu collant. Ça n’a pas totalement dégradé l’intérieur de son estomac, mais ça a bien abîmé les poumons. Un gaz peut-être. Un effet chimique avec le contact d’autre chose. Sa femme a dit qu’il s’est étouffé en mangeant, mais je n’y crois pas. Il n’avait pas le spectre des doigts à la gorge et sa gorge n'est pas irritée. Ça semble avoir été beaucoup plus lent que rapide à en juger par son état lorsqu’on me l’a apporté. Ils l’ont cru alors ils ne m’ont pas appelé. » Contrairement à ton frère, tu ignores la nouvelle jeune femme qui se présente à votre table avec vos commandes, préférant largement regarder la photo du cadavre dont parlait ton jumeau. Ces dernières semaines avaient été profondément ennuyantes, même pour toi, alors qu’il te ramène une affaire un minimum intéressante ne pouvait qu’accaparer toute ton attention. « Ouais, je vois ce que tu veux dire. » commences-tu de ta voix détachée et froide. « Il est définitivement mort étouffé, par contre. Son visage est violet, les veines dans ses yeux, ses oreilles et son nez ont explosées. Mais comme tu dis, pas de traces sur le cou. Il a peut-être été attaché quelque part pendant qu’on le laissait mourir. Il y avait des traces sur ses poignets ou ses bras ? » Tu attrapes machinalement ta fourchette et la plante dans ta nourriture avant de l’engloutir. Hum. Trop cuit.

« Il a des marques de sang à la base du cou. Je me suis dit que tu aimerais y jeter un coup d’œil. » Effectivement tu les voyais. Petites traces rondelettes qui prennent cette forme quand le sang tombe à la verticale. Tu penches ta tête sur le côté tout en mâchant doucement ta nourriture. « Ça peut-être le sang du tueur. Sa femme l’a peut-être maintenue au sol pendant qu’il agonisait. Elle était blessée ? Mais clairement celui qui a fait ça est un putain d’amateur. Il ou elle a laissé trop de traces, on aurait fait mieux les yeux bandés. » « C'est... tout... euh? Il vous manque... quelque chose? » Vous ignorez tous deux la serveuse. Votre conversation était bien plus intéressante à tes yeux que simuler un comportement social normal en cet instant. « J'ai fait des tests sur le contenu de son estomac, mais les résultats ne sont pas encore arrivés. On en a probablement pour des semaines. Ça nous laisse le temps de trouver sans se faire presser, mais je crois qu'il n'y avait pas de nourriture dans tous les cas. » Tu fais un petit bruit pensif dans le fond de ta gorge, reprenant à nouveau de la nourriture. Tu étais curieuse de savoir ce qui avait bien pu causer un tel étouffement sans détruire l’estomac du mort. Tu avais des théories, mais toutes rendaient les intestins à l’état de gelée. « Je viendrai te voir demain alors. »

« C'est le cas le plus intéressant de la semaine. Le reste ce n'est que des trucs aux couteaux, comme si c'était la seule chose en mesure de tuer quelqu'un. Ce n'est même pas propre et c'est trop simple à identifier. Par contre j'ai eu un truc intéressant. Un vieux qui n'avait qu'un rein. C'est intéressant comme ça change la dynamique interne du reste. C'est très subtile, mais présent. »
Tu relèves la tête et clignes des yeux en regardant ton frère, expression la plus proche de la surprise que tu puisses manifester. « Vraiment ? C’est le foie qui le remplaçait entièrement, alors ? »

Tu manges encore, te disant que tu ne prendrais plus ce menu, il était définitivement bien trop cuit à ton gout. « Et ta semaine à toi? » Ah. Socialiser dans un restaurant. Il y avait un chapitre tout entier sur ça dans « Socialiser Pour les Nuls » Ton frère voulait peut-être s’exercer en situation réelle ? « Ennuyante. » que tu réponds franchement. « Il y a rien d’intéressant qui se passe ici. Même si on a eu un homme qui est mort après avoir été étouffé par une bite. Ça a fait rire les collègues, j’ai pas compris pourquoi. »


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 68

ft. : Jack Falahee


MessageSujet: Re: Another One Bites the Dust || Aaron   Dim 17 Juin - 18:24

Alexis et Aaron

Another One Bites the Dust 


Je me demande parfois pourquoi les gens décident de tuer, pourquoi ils laissent leurs émotions les submerger et réaliser un acte totalement irréfléchi. Quel intérêt y a-t-il à tuer pour tuer? Pourquoi sa femme a jugé bon de l'étouffer voir même de l'empoisonner si c'est pour se faire coincer et terminer sa vie derrière les barreaux? Sa qualité de vie était-elle mauvaise à ce point pour qu'elle décide de la poursuivre en prison jusqu'à la fin de ses jours? C'est un questionnement sans doute bien ironique venant d'une personne qui a pourtant vu maintes vies s'éclipser devant son regard inerte et vide de toute émotion. Sans doute parce que le but n'est pas le même, tout comme le moyen. Nous avons appris à bien faire les choses pour ne pas nous faire coincer et si oui un jour la chose devait arriver, j'imagine que ça ne serait qu'une expérience supplémentaire à explorer. Notre curiosité aura notre perte, c'est ce que mon père disait souvent. Il nous voyait creuser toujours plus loin là où personne ne voulait s'aventurer pour obtenir des réponses que personne ne voulait nous donner. Je n'ai jamais compris en quoi la chose est un mal. Nous avons peut-être étudié les mauvais sujets, mais depuis qu'Andy nous aide de ce côté on fait une bonne chose avec eux apparemment. On élimine de mauvaises personnes en arrivant à tester les bonnes choses. Je n'arrive pas à comprendre en quoi ça fait de nous de mauvaises personnes, tout comme je ne comprends pas pourquoi les gens nous observent avec des regards étranges. C'est là que nous allons tous terminer nos vie après tout, dans cette posture bouche ouverte et ce regard perdu dans le néant. Cette teinte violacée que mon frère soulève certes non commune à tous en tout point, mais tout de même. « Je ne sais pas si elle était blessée. Elle était déjà au poste et je n'ai pas pu la voir quand je suis arrivé. » Que je réponds concernant l'état de sa femme tout en plissant les yeux devant la photo, un détail me faisant réfléchir à une option que je n'avais pas envisagé. Je continue de manger mon hamburger saignant et dégoulinant dans l'assiette tout en lui expliquant le reste du détail de la situation, ne manquant pas de parler de cet autre cas que j'ai pu croiser.

« Étonnamment, c'est le cœur qui semble avoir travaillé davantage. Il devait chercher une façon de compenser, peut-être un soucis avec sa pression. Il faudrait que je puisse avoir accès à son dossier médical pour valider la théorie. Ses mains et pieds étaient légèrement enflés dans tous les cas. » Je poursuis ensuite en lui demandant comment s'est passé sa semaine puisque c'est apparemment la chose à faire lors d'une discussion. « Je comprends pas non plus pourquoi ça les a fait rire. C'est bizarre qu'il ne se soit pas débattu. Il y avait peut-être plus à cette histoire. Il était attaché? » Je dépose le hamburger trônant entre mes doigts que je nettoie minutieusement en fronçant les sourcils. « Mon cas, je crois que j'ai une théorie. Son visage est violacé et il s'est clairement étouffé, mais il n'a pas de marques au cou et n'en avait pas aux poignets et chevilles non plus. La chose est trop uniforme et la gorge non irrité. Il n'avait pas même de nourriture coincée. Je crois qu'elle aurait pu l'étouffer avec un oreiller ou un coussin. Ça expliquerait l'absence de marques et l'uniformité de la coloration. Peut-être aussi que c'est quelque chose se trouvant dans la fibre du tissu qui a engendré la réaction dans l'estomac. S'il y avait un produit nettoyant quelconque d'une puissance suffisante et qu'il l'a inhalé, il aurait pu y avoir une réaction engendrée. Du moins, ça me semblerait logique. »

Je prends une gorgée d'eau puis repose mon verre en reprenant une frite au passage. « J'ai demandé à Andy s'il veut venir manger à la maison. Il voudra probablement qu'on parle. Je ne comprends pas pourquoi il est venu ici. Il nous envoyait très bien tout le nécessaire de là où il était. Peut-être que c'est maman qui s'inquiète encore. » Andy nous dira bien, parce qu'Andy n'est pas comme nous. Andy est probablement ce que nous aurions dû être et ne seront jamais. Au fond je l'aime bien Andy, même si j'ai du mal à cerner ce que ça implique de le penser. Probablement que je ne veux pas le voir disparaître ou l'avoir comme prochain corps à la morgue.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 47

ft. : Jack Falahee


MessageSujet: Re: Another One Bites the Dust || Aaron   Mer 20 Juin - 13:16

Alexis et Aaron

Another One Bites the Dust 


Des deux, étrangement, c’est Alexis qui parle le plus. Toi, du moment que ça ne concerne pas vos expériences ou un sujet qui attise ta curiosité, tu es un homme de peu de mot. Il n’y avait qu’à vous voir dans une situation dite « sociale » : Alexis répondait en long en large et en travers alors que toi tu te contentais du strict minimum, comme Andy vous l’avait appris. Andy, ce frère aîné qui avait rejoint cette ville perdue sans que vous le sachiez. Le voir débarquer sur la scène de crime avait été lus qu’une surprise pour vous les jumeaux. C’est peut-être pour ça que tu éprouvais presque de l’affection pour ton aîné : il n’était jamais ennuyant lui. Tu écoutes ton frère, mâchant ton burger d’un air pensif. « Tu devrais demander à ceux qui l’ont interrogée, alors. » Sait-on jamais, les vivants en diront peut-être plus que les morts pour une fois.

Alexis te présente sa théorie et tu écoutes avec attention. Tu finis d’ailleurs par froncer les sourcils. « Ça ressemble pas un peu aux symptômes de l’empoisonnement à l’antigel, ça ? » demandes-tu d’un air interrogateur et l’air vaguement pensif. Ce gel avait un effet tellement intéressant sur l’organisme. Presque indétectable, si on ne savait pas quoi chercher, les cas où il était utilisé finissaient généralement comme de banal cas d’infarctus. Si c’était bien de cela qui avait tué le cadavre de ton frère et bien la veuve éplorée aurait bien du mal à expliquer ce que faisait une substance toxique dans l’organisme de son défunt mari.

Tu hausses les épaules. « Même pas. Aucune attache si ce n’est un truc ressemblant à un collier de chien autour du cou. » Tu fronces les sourcils. « Je crois qu’il y avait même comme une laisse accrochée au bout. »  Tu hoches la tête quand Alexis te fait de nouveau part de ses théories quant à son travail. « Ouais, ça semble être ça. »

Tu soupires à l’annonce de la venue prochaine de ton aîné chez vous. « Pourquoi elle s’inquiète, maman ? On a pas oublié de l’appeler ce mois-ci, non ? » Tu n’as jamais compris pourquoi votre mère exigeait au moins un appel hebdomadaire régulier. Quel était l’intérêt de prendre des nouvelles si souvent ? Tu ne comprenais pas.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 17

ft. : Cillian Murphy


MessageSujet: Re: Another One Bites the Dust || Aaron   Hier à 18:46

Another One Bites the Dust


   

   

Andy ouvrit les yeux à la seconde où la sonnerie du réveil retentit dans la chambre. Cujo, l'un de ses schnauzers nains, était couché à ses pieds. Il leva les yeux vers son maître et Andy caressa doucement son pelage noir et argent. Jasmin devait être caché sous le canapé. Il avait toujours eu cette étrange habitude, une fois la nuit venue, et réapparaissait dès qu'Andy franchissait le seuil du salon. Après sa séance de yoga quotidienne, Andy prit son petit-déjeuner sur la terrasse, laissant les chiens vagabonder dans le jardin. Il avait l'intention de déballer quelques cartons avant de retrouver les jumeaux au restaurant. Son déménagement à Castle Rock se voulait temporaire, juste le temps de faire le point sur ce qui se passait dans cette étrange bourgade, et d'établir le taux d'implication des jumeaux dans les funestes évènements qui semblaient s'y multiplier depuis quelque temps.

Andy regarda sa montre. Il était temps pour lui de partir. Le salon commençait à prendre forme, et la cuisine était à présent opérationnelle. Peu de choses avaient accompagné Andy dans son voyage. Quelques meubles fonctionnels, ordinaires, blancs ou noirs pour la plupart. Ses effets personnels tenaient dans quelques cartons. En revanche, Andy avait consciencieusement empaqueté chaque objet appartenant à ses deux compagnons à quatre pattes.

Depuis son arrivée, Andy n'avait pas eu beaucoup de temps pour se promener dans Castle Rock. Ainsi, il observa avec attention les alentours tandis qu'il traversait le centre-ville en direction du restaurant où attendaient les jumeaux. Castle Rock semblait à première vue être une petite ville sans histoire, comme il en existait temps aux États-Unis. Mais Andy savait que les apparences pouvaient être trompeuses. Il en était le parfait exemple. Il pénétra dans le restaurant et jeta un rapide coup d'oeil pour localiser les jumeaux. Ils étaient en pleine conversation, et plusieurs clichés semblaient être l'objet de leur attention.

« Pourquoi elle s’inquiète, maman ? On a pas oublié de l’appeler ce mois-ci, non ? » Les mots prononcés par Aaron lui parvinrent tandis qu'Andy s'approchait de la table. Il se posta face à ses frères. « Bonjour Aaron. Alexis. Merci pour l'invitation. C'est très gentil de votre part d'avoir pensé à moi. » Andy savait que ces quelques mots ne feraient probablement pas sens pour les jumeaux. Mais ils savaient reconnaître les marques de politesse, Andy leur avait appris. Il sourit, un sourire vrai, éclatant, réservé à quelques personnes seulement, et prit place sur la chaise vide. Un bref coup d'oeil lui apprit que les photos n'étaient autres que des clichés de cadavres. Étrangement, voir que rien n'avait changé le rassura. Andy aimait la routine. « Même dans le Michigan, on dit qu'il se passe à Castle Rock des choses bizarres. Des disparitions, des meurtres, toutes sortes de funestes évènements. Je m'inquiétais. », expliqua-t-il tandis qu'il contemplait tranquillement le menu.


   


   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Another One Bites the Dust || Aaron   

Revenir en haut Aller en bas
 

Another One Bites the Dust || Aaron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Another bizut bites the dust
» another one bites the dust
» The third temptation [Aaron]
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» Aaron Ekblad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-