Castle Rock :: 
Castle Rock
 :: Central city :: Japanese Garden
Partagez | 
 

 Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 79

ft. : Tian Jing


MessageSujet: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Mar 12 Juin - 13:57

Like Annie but she’s not her

Matin brumeux, huit heures trente, il y a quelques gouttes de pluie.

Hier, la jeune femme est arrivée en ville. Elle s’est installée à North Side ; que c’est pratique d’avoir un tonton qui gagne bien sa vie et envoie de l’argent à sa nièce qu’il a toujours élevé. Hai Fen pensait qu’elle serait dans un appartement mais son gros chien avait besoin d’espace. La jeune femme n’avait pas encore déballé tous les cartons et elle hésitait encore sur l’agencement des pièces. Zhang Fei, son bon gros toutou adoré, dormait dans sa chambre, au pied du lit, où il était confortablement installé sur un matelas. Elle avait eu le temps de mettre le strict nécessaire en place, notamment quelques livres de ses auteurs préférés sur une étagère. Julian Harris faisait parti de ceux-ci.

Ce matin du lendemain de son arrivée, elle avait décidé de sortir Zhang Fei et s’était perdue dans Central City, au niveau du jardin japonais.


- J’aime bien cet endroit.

- Moi aussi, dit-il elle à Kagi ; tous les deux conversaient en chinois.

Son meilleur ami regarda dans la même direction qu’elle ; il n’y avait pas grand monde et plus loin, il y avait quelqu’un.


- Sa tête me dit quelque chose. Et si tu allais lui parler, te faire des connaissances ?

Elle acquiesça et il la laissa prendre de l’avance. Zhang Fei, qui la suivait sagement jusqu’alors, la devança et alla aussitôt faire connaissance avec l’inconnu, comme un chien savait le faire.

- Zhang Fei ! Laisse le monsieur tranquille ! s’exclama t-elle dans un parfait anglais avec un léger accent ; elle releva alors la tête pour s’excuser et saluer l’inconnu, qui au final, se révéla ne pas être totalement inconnu à la jeune femme. Oh mon Dieu...Monsieur Harris ? Julian Harris ? L’auteur ?

Elle en était tellement bouche bée que la sucette qu’elle avait sorti de sa poche – et qui était encore dans son emballage – pour la manger ensuite, lui tomba des mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 80

ft. : Mads Mikkelsen


MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Mer 13 Juin - 11:53

The world is gonna end tonight...

Une idée ? Oui mais une bonne !
Beaucoup d'auteurs se doivent de garder cette phrase en tête car il est difficile d'écrire un roman sans avoir une bonne idée qui permet au livre de se distinguer des autres sur les étals de la librairie. Hors, la recherche d'une bonne idée n'est pas aussi simple qu'éplucher des pommes de terre pensa Julian en se levant ce matin. La cacophonie du cellulaire lui rappelant combien il était devenu dépendant de son portable même pour se réveiller. C'est ainsi qu'ils vous prenaient par derrière ces vendeurs de téléphonie et ils ne fournissaient même pas la vaseline.

L'écrivain grogna en se levant et se gratta sa barbe de trois jours en écoutant les quelques gouttes de pluie tomber contre la vitre de son appartement. Il bloquait depuis deux jours sur le dernier chapitre de son roman et avait une gueule de cadavre, résultat d'une nuit blanche à chercher de quoi remplir la page. Après un café, il devrait ressembler un peu moins à un vampire issu des films de la Hammer. Peut-être...

Julian haïssait la routine et combattait ces pratiques routinières en changeant constamment d'endroit pour écrire mais aussi pour ses promenades. Dans un monde où tout le monde s'enferme, Julian avait du mal à renoncer à ses petites habitudes et savait que ces promenades étaient nécessaires à son inspiration car pendant qu'il marchait, il était conscient que son cerveau travaillait en arrière plan et parviendrait à faire les connections qu'il était incapable de faire assis en face de son ordinateur. Il ne savait pas comment se l'expliquer mais cela marchait à tous les coups.

Le jardin japonais détonnait à Castle Rock et d'une certaine manière, c'était l'endroit parfait pour puiser son inspiration. Julian aimait l'insolite mais était également fasciné par les histoires issues du folklore japonais. Il conservait dans sa bibliothèque un précieux exemplaire du Kwaidan de Lafcadio Hearn. Il s'était essayé quelques fois au fantastique en plus du roman policier mais s'avouait vaincu à chaque fois qu'il lisait une histoire comme celle de Yuki-onna.

Pris dans ses pensées, il ne remarqua pas la jeune femme qui vint à sa rencontre immédiatement mais les mots prononcés le tirèrent immédiatement de ses pensées. Il remarqua également avec du retard le chien qui le flairait d'un peu trop près à son goût mais fit l'effort de ne pas montrer que cela le dérangeait. Elle semblait aussi bouche bée que lui, comme si elle l'avait reconnu. Quelle connerie d'avoir mis sa photo au dos de chaque bouquin pesta-t-il intérieurement. Il se sentait mal à l'aise avec les gens et sa petite notoriété n'avait fait qu'empirer les choses car maintenant, les gens n'hésitaient pas à l'aborder dans la rue. Heureusement que les fans bizarres ne représentaient qu'un centième de son lectorat. Avec un peu de chance...

- Bonjour ! Je peux faire quelque-chose pour vous ?

Putain, Julian ! T'avais pas mieux ? Son moi intérieur cynique lui rappelait encore une fois à quel point il n'était pas doué pour nouer le contact avec les gens une énième fois. Peut--être ne lui en tiendrait-elle pas rigueur, qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 79

ft. : Tian Jing


MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Jeu 14 Juin - 16:16

Soixante-seize centimètres au garot pour soixante-quinze kilos de gros toutou. Voilà ce qu’était Zhang Fei. Un géant. Affectueux. Joueur. Mais aussi curieux ou encore agressif si on touchait à sa maîtresse. Le chien ne reconnaissait évidemment pas l’auteur en tant que tel, il reconnaissait juste une personne que sa maîtresse avait l’air d’apprécier. Lui, il reniflait juste pour voir si ce n’était pas un danger et pour se souvenir de lui ultérieurement. Il était crispé par sa présence. Zhang Fei le remarqua, comme tout bon chien de garde.
T’aimes pas les chiens, c’est ça, hein ? Spéciste va ! C’est parce que je suis gros c’est ça ? Ou noir ? Espèce de coloriste ! Ouais c’est ça, espèce de coloriste, t’as très bien entendu !


- Zhang Fei, on aboie pas après les gens !

Ok, ok, t’as de la chance qu’elle est là, hein. Je t’ai à l’œil, sale coloriste de merde. Fais pas de geste brusque et tout ira bien.

Le gros chien recula et posa son arrière-train entre les deux personnes. Hai Fen fit soigneusement le tour, au grand dam du canidé.


- Bonjour ! Je peux faire quelque-chose pour vous ?

Ouais, dégage le coloriste et baisse les yeux ! Wesh !

- Bonjour monsieur ! elle n’avait presque pas l’accent chinois. Je m’appelle Hai Fen et je voulais vous dire merci pour tous les livres que vous avez écrits jusqu’ici. continua t-elle en énumérant quelques uns d’entre eux. Elle se mit aussi à parler de certains personnages qu’elle avait beaucoup aimé, mais pas très longtemps. Tonton voulait me mettre à l’anglais avec de la fiction mais n’est arrivé qu’avec les livres de Lovecraft et les vôtres… Mais comme je n’ai lu que «le Cauchemar d’Innsmouth » et « l’Appel de Cthulhu » pour l’instant et tous vos livres sortis jusqu’ici...je pense pouvoir dire que c’est grâce à vous que je parle anglais ! Et un peu de travail personnel aussi. Elle ramassa sa sucette. C’est cool de vous voir dans cette ville ! Comme un réflexe, elle déballa machinalement sa sucrerie et la mit dans sa bouche ; un délicieux goût de cerise envahit son palais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 80

ft. : Mads Mikkelsen


MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Dim 17 Juin - 11:10

Pendant un instant, il ne fit pas très attention à ce qu'elle disait au sujet de ses romans. Il était mal à l'aise lorsqu'on lui vantait la qualité de telle histoire ou qu'on lui posait des questions sur la vie secrète de ses personnages, celle qui continue après que le lecteur ait refermé le livre. Qu'est donc devenue cette femme qui est tombée amoureuse tueur nécrophile ? Julian se demandait bien comment il était possible d'entretenir des conversations sur ses romans rien qu'avec cet exemple en tête. Il porta son regard sur le chien qui avait décidément l'air peu avenant. Au moins, c'était réciproque même si cela ne rassurait pas beaucoup Julian d'une certaine manière.

Il avait vu juste en présument que cette jeune femme était une de ses lectrices mais d'une certaine manière, les circonstances l'étonnèrent beaucoup. Il se doutait bien qu'elle avait des origines étrangères en la croisant mais il n'avait pas anticipé le fait qu'elle était réellement native d'un autre pays. Elle avait donc appris l'anglais à l'aide du reclus de Providence et du type bizarre de Castle Rock. Julian avait tendance à l'auto-dérision au vu de son train de vie de pseudo-ermite depuis qu'il avait enterré sa femme, tissant difficilement des relations dans la ville. A cause de ses livres, toute relation ne peut être que faussée et personne n'aperçoit l'homme derrière l'écrivain de romans noirs.

- Je suis ravi que mon humble travail vous plaise. C'est le plus important pour un écrivain.

Il se sentait gêné et n'arrivait pas vraiment à s'expliquer pourquoi. Pourtant avec un lectorat majoritairement féminin, il avait déjà rencontré beaucoup de lectrices de son oeuvre mais celle-ci avait un truc qu'il n'arrivait absolument pas à saisir, comme une aura. Tu t'écoutes un peu, Julian ? Qu'est-ce qu'il ne faudrait pas entendre comme conneries. A trop forcer sur la caféine, on finit par s'imaginer des choses sur les gens et toi, Julian, tu passes ton temps à imaginer la vie de tous ces passants que tu croises.
Il ne savait pas pourquoi mais en voyant le regard de cette femme, il pensa à un film de Takashi Miike vu il y a quelques années. Sa femme avait détesté ce film. Audition, c'était ça le titre, se souvint Julian.

- Vous me connaissez mais je ne sais pas encore à qui j'ai l'honneur. Vous êtes ?

Il ne l'avait jamais croisé à Castle Rock. Était-elle un navire à la dérive qui, tout comme lui, s'était échoué dans cette ville en quête de réponses ? Probablement pas. Il faudrait arrêter de se servir des gens comme miroirs de tes fantasmes et de tes doutes, Julian...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 79

ft. : Tian Jing


MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Jeu 21 Juin - 12:31

Autant mettre les choses au clair: bien que Hai Fen soit une dangereuse jeune femme capable de cannibalisme et d'un sadisme hors-norme rendant très fier le Tonton Wang, elle n'avait strictement rien en commun avec la madame de Audition et encore moins avec son aura. Non.
Elle était juste pire.
Mais on ne va pas trop s'épancher dessus, on a oublié de mettre un rating spécial pour l'occasion dans le titre du rp, donc on va essayer de demeurer soft.
Donc quelque part, Mr. Harris avait raison. Mais pas tout à fait.
Comment ça, la narration fait du remplissage pour arriver à un nombre de mots correct ?! - on déconne.


- Vous me connaissez mais je ne sais pas encore à qui j'ai l'honneur. Vous êtes ?

- Lu Hai Fen. Hai Fen, c'est mon prénom. précisa t-elle, machinalement, tout en souriant et ayant pensé à retirer la sucette de sa bouche pendant les quelques secondes qui consistaient à répondre à l'homme.

Zhang Fei fixait l'homme, puis fixa un autre point, dans le vide. Il grogna.


- Mais enfin Zhang Fei, tu n'as pas bientôt fini ?! dit-elle en chinois, avant de repasser à l'anglais. Désolée, Zhang Fei est un peu nerveux en présence de gens qu'il ne connaît pas. Mais en vrai, il est adorable ! Hein, Zhang Fei ?

Il grognait toujours. Au loin, quelqu'un observait, un homme aux cheveux mi-longs et noirs, le regard sombre dans leur direction. Il s'éloigna vite en voyant le chien. Il aurait été plus près, Zhang Fei se serait jeté dessus et l'aurait sans doute déchiré. Hai Fen, un peu nerveuse elle aussi, tira doucement sur le collier du gros chien.
Pas de geste brusque. Bon chien. Ne bouge pas. Qui est ce type ? Que veut-il ?
Autant de questions qui ne trouveraient pas de réponses avant un moment. Pour Julian Harris, peut-être que ça lui rappellerait quelque chose. Ou pas. Cela faisait longtemps après tout. La dernière fois qu'il l'avait vu, c'était un gamin. Un enfant de dix-sept ans qui avait harcelé sa femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 80

ft. : Mads Mikkelsen


MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Sam 23 Juin - 13:41

- Un plaisir de faire votre connaissance, Hai Fen. Cela ne vous dérange pas que je vous appelle par votre prénom ?

Julian l'avait appelé ainsi de manière très spontanée mais à force de créer aussi rapidement une proximité avec les gens, il s'était déjà fait rabrouer plusieurs fois pour ce que les gens prenaient comme un manque de respect. Bien au contraire, Julian supportait mal les discours pompeux et les formules. Il vivait assez mal qu'on lui serve constamment du " Monsieur Harris " par-ci par-là. Il espérait néanmoins qu'Hai Fen comprendrait et qu'elle ne lui en tiendrait pas rigueur. Peut-être qu'elle était moins maniaco-dépressive que lui et qu'elle n'avait simplement pas remarqué le tourbillon de pensées de Julian Harris.

Julian Harris prit un air contrit lorsqu'elle expliqua ce qui ne semblait pas aller avec le dénommé Zhang Fei. Il savait que les chiens avaient tendance à sentir ce qu'une personne ressentait à leur égard. Il se doutait donc bien que le chien sentait que Julian était mal à l'aise mais cela semblait déplaire énormément à Zhang Fei.

- Je suis sincèrement désolé. Je ne suis pas complètement à l'aise avec les chiens même si je n'ai rien contre eux.

Il se retint de faire une courbette, songeant brutalement que ce geste pourrait paraître déplacé venant de sa part. Il ne savait pas trop quoi dire de plus car il avait peur de laisser entrer une inconnue dans une partie de son intimité.
En tournant subrepticement la tête, il remarqua un homme qui semblait les observer avant de s'éloigner, sûrement à cause de la présence du chien. Quelque-chose de familier était revenu à Julian quand il avait eu cette vision mais il avait du mal à dire de quoi il pouvait s'agir. Laura. Pourquoi le prénom de sa femme lui est-il venu soudainement à l'esprit ? Cette personne serait-elle liée à son passé ?
Vu l'âge présumé de l'observateur, il devait être très jeune à ce moment-là. C'est à cet instant qu'il compris. Le petit enfoiré qui avait harcelé sa femme, ne comprenant pas qu'elle était déjà prise et se berçant de je-ne-sais-quelles illusions à son sujet. Le soir même, Laura lui avait raconté comment elle avait remis en place ce jeune homme et Julian avait pu l'apercevoir quelques fois près de chez lui. Il déglutit difficilement à la mémoire de ses souvenirs heureux. Il se souvenait avoir fait l'amour à Laura juste après ces révélations, sur le canapé du salon avec empressement.

Il mit quelques secondes à revenir sur terre en face de sa singulière lectrice. C'est à ce moment qu'il se rendit compte qu'il était en train de transpirer et qu'il passa sa main sur son front.

- Excusez-moi, je peux vous inviter à boire un caf...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il perçut comme un voile blanc passer devant ses yeux. Il s'écroula aux pieds de la jeune femme et de son chien. Un simple malaise, conséquence d'un train de vie d'enfer et d'un traumatisme qui vient sans cesse le martyriser.

Il entendait encore ce qu'il se passait mais il n'avait plus aucune prise maintenant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 79

ft. : Tian Jing


MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Sam 23 Juin - 17:57

Ooh ! Evidemment que non, ça ne la dérangeait pas d’être appelée par uniquement son prénom ; ça ne lui faisait rien. Elle avait l’habitude, ici, aux Etats-Unis. Elle comprenait. Evidemment, en Chine, on l’aurait appelé Lu Hai Fen. Mais on n’était pas en Chine et de toute façon, elle s’en tapait. Elle était en face d’un de ses auteurs préférés. En chair et en os. C’était assez incroyable en soi que le destin la mène vers lui. Et le destin faisait assez bien les choses, la plupart du temps, bien qu’elle n’était pas toujours d’accord avec lui. Surtout concernant son ancien mari mais toute personne logique serait ok sur le fait que le destin, sur ce coup-ci, avait été un vrai salaud.

- Je suis sincèrement désolé. Je ne suis pas complètement à l'aise avec les chiens même si je n'ai rien contre eux.

COLORISTE ! - hurla Zhang Fei dans sa tête. Parce qu’il ne risquait pas de vraiment hurler ceci. Juste de l’aboyer. Mais c’était dans sa tête.

L’homme qui observait et était parti disait quelque chose à Julian Harris. Pas du tout à Lu Hai Fen. Par contre, elle avait enregistré les quelques traits qu’elle avait pu apercevoir.


- Excusez-moi, je peux vous inviter à boire un caf...

Il allait dire ce qu’elle venait d’entendre ? Sa joie était immense mais il était par terre. Elle hésitait sur la marche à suivre. Le ramener chez elle ? Trop lourd. Et le traîner derrière elle serait un peu encombrant. Et glauque. Subséquemment, elle entreprit de vérifier s’il était encore en vie et de faire ce que toute personne ayant passé haut la main son PSC1 ferait dans ce cas précis : protéger la personne, interroger le monsieur sur son état et appeler les urgences.

- Zhang Fei, il va falloir s’occuper du monsieur. Il risque d’avoir froid donc il faut... commença t-elle en chinois, regardant le gros chien se mettre sur l’écrivain pour le réchauffer. MAIS NE L’ECRASE PAS ENFIN !

Elle passa directement à appeler les urgences en essayant de demander à Julian Harris :

- Est-ce que ça va aller ?

Hormis le fait que Zhang Fei vous écrase pour vous réchauffer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 43

ft. : Tom Hiddleston


MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   Dim 24 Juin - 17:19

Athanas avait décidé de se promener afin de découvrir un peu mieux la ville dans laquelle il était arrivé il y a peu avec sa fille. Bien sûr, le choix n’avait pas été bien compliqué. Il y avait quelqu’un qui comptait beaucoup pour lui ici. Il se devait d’être là. Alors, une fois le peu d’affaires placées dans la voiture, c’était direction cette charmante – et glauque – petite bourgade.
Adélaïde ne voyait peut-être pas mais elle avait senti l’atmosphère changer, en arrivant. Elle n’aimait pas cet endroit mais à son âge, elle n’osait pas encore dire quoique ce soit à son père. De toute façon, s’ils venaient ici, c’était un peu pour son bien à elle, n’est-ce pas ? Elle espérait que les gens soient sympathiques avec elle ; surtout ses camarades et ses enseignants. Elle espérait qu’on ne se moque pas de son handicap et qu’on n’en profite pas. De toute façon, si jamais cela arrivait, Athanas lui ferait cours à la maison, ce serait beaucoup plus simple.
Ça y est, Athanas l’avait enfin aperçu aux alentours du jardin japonais ; il ne s’attendait pas vraiment à le voir là et surtout en train de discuter avec une autre femme. Il n’allait tout de même pas tromper la mémoire de Laura maintenant, si ? - il espérait que oui ; cela lui permettrait de porter sa colère sur une autre personne et de s’amuser encore… Il ignorait juste que s’il s’en prenait à Lu Hai Fen, non seulement celle-ci saurait se défendre mais qu’en plus il aurait un nettoyeur des Triades en plus à affronter. Et ce n’est pas vraiment le genre de monsieur qu’on a envie d’énerver. Surtout CE type qu’on surnommait le Chirurgien. Non, on a pas envie de décrire pourquoi. Mais revenons-en à nos moutons (au loin, le cri enthouasiaste d’une jeune femme se fit entendre « MOUTONS ! » - quand la narration se barre en couilles…) et surtout à ce bout d’histoire. Athanas avait été aperçu par ce putain de gros chien. Les animaux sentaient toute la dégueulassitude de cet être et avaient la fâcheuse tendance à grogner facilement après lui ; aïe. Il allait devoir partir au lieu d’observer nonchalament comme prévu ; il prévoyait déjà de transformer le cabot en rôti, mais le hasard fit que sa journée allait être illuminée par le cas de sa victime préférée elle-même.

Il s’était finalement éloigné, résigné à passer une mauvaise journée, il décida de rentrer chez lui et il se dirigea directement à la voiture. Sa fille était à l’école et il espérait que tout se passait bien.
La jeune femme chinoise, au loin, se faisait aider par une passante. Il y avait bien un cabinet médical dans le coin mais les médecins risquaient d’être débordés. Par contre, elle connaissait quelqu’un, un charmant voisin qui était infirmier libéral et pourrait s’en occuper le temps qu’il reprenne vraiment ses esprits et leur proposa de les accompagner. Et ce fut ce qu’ils firent après que Zhang Fei eut décidé d’arrêter d’écraser l’auteur pour leur laisser respirer… Une fois arrivés devant, la voisine sonna. Lu Hai Fen décida qu’il était temps pour elle de s’en aller et souhaita bonne chance à Mr. Harris, lui laissant son numéro de téléphone sur un bout de papier et son nom dans sa poche ; s’il avait besoin de quelque chose, il n’avait qu’à appeler. Elle enregistra aussi l’adresse de l’infirmier, au cas où puis elle s’éloigna, ne se retournant pas.
Sans le savoir, elle l’avait laissé dans la gueule du loup.


Hai Fen se retire du rp.

Fin de cette partie du rp.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Like Annie but she's not her [ft. Julian Harris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ashley Vs Annie Social
» Luna Annie Jenks ► Télékinésis (finie)
» L'oursin et l'hermine. [Pv Annie.]
» MI7 ► à la conquête du nouveau monde.
» [0034] Annie Valloy. [MENTALI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-