Castle Rock :: 
Castle Rock
 :: South side
Partagez | 
 

 way down we go [Lazare&Logan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 536

ft. : Elizabeth Olsen


MessageSujet: way down we go [Lazare&Logan]   Jeu 21 Juin - 18:55

Lazare & Logan

Way Down We Go


C'est sur un pied d'alerte qu'elle débarqua au poste de police, suite à l'appel qu'elle avait reçu au sujet d'un potentiel cas de kidnapping. Il n'y avait pas de quoi rigoler, étant elle-même mère, il s'agissait là de sa plus grande hantise. Logan faisait donc de son mieux pour paraître le plus neutre possible, alors qu'intérieurement, elle s’inquiétait déjà au sujet de ce qui risquait d'arriver au petit en question. Dans son métier, elle faisait constamment face à des cas difficiles, voir morbides ou sordides. Elle ne s'y habituait jamais vraiment, même si elle pouvait travailler sur ses cas-là sans en faire une dépression. Elle était suffisamment solide pour encaisser presque tout. Ce qui impliquait des enfants la rendait plus sensible, certes, mais pas de là à l'empêcher de faire son travail comme il se doit. Elle restait humaine, comme tout le monde, mais elle était là dans le but d'aider les victimes et d'arrêter les criminels. S'il y avait un cas de kidnapping en cours, elle s'y collerait jusqu'à la nuit tombée. Déboulant dans le poste sans même saluer qui que ce soit au passage, elle entra dans son bureau pour s'équiper et prendre ses affaires. Voyant un des employés du poste passer au même moment, elle le héla pour l'arrêter. « Les clés de la jeep, s'il te plaît. Maintenant » Il hocha simplement la tête, avant de reprendre sa route vers le poste d’accueil. Elle préférait nettement prendre le véhicule tout terrain au cas où. Castle Rock était une petite ville, mais entouré par beaucoup de forêt et de route secondaire parfois peu entretenu. Elle vérifia que sa radio portative fonctionnait bien, avant de prendre le dossier qui avait été soigneusement déposé sur son bureau. Il s'agissait d'une retranscription de ce que les témoins avaient observé au sujet de l'enlèvement. Très pratique. Voyant l'employé dans le cadre de sa porte, elle attrapa les clés qu'il lui tenait d'un air bizarrement hésitant. « Heu, Sergent ? Le chef voulait vous voir avant votre départ, c'est très important qu'il a dit...» Fronçant les sourcils, Logan ne répondit rien, avant de soupirer d'un air emmerdé. Disons que le moment n'était pas très bien choisi non. Elle n'avait pas de temps à perdre, surtout pas présentement. Un peu à reculons, elle fit un détour jusqu'au bureau du chef, espérant qu'il ne la retiendrait pas trop longtemps.

Poliment, elle frappa à la porte avant d'entrer, tombant nez à nez avec un inconnu qui patientait tout près. Ne reconnaissant pas son visage, elle lui accorda aussi peu d'attention qu'à une mouche qui volait. « Je suis pressé, vous vouliez me voir ? » Le chef se releva de sa chaise, déposant les papiers qu'il était en train de signer. Par réflexe professionnel, elle eut le temps de voir qu'il s'agissait de papier d'embauche pour un certain... « Sergent Marsh, navré de vous retenir, je tenais à vous présenter quelqu'un...» Elle leva rapidement les yeux vers lui, affichant un air déconcerté. Présentation de qui ? Et pourquoi ? Le chef contourna son bureau, invitant l'inconnu à s'approcher un peu plus d'eux. La blondinette le fixa subitement, le détaillant rapidement des pieds à la tête comme si elle voyait la catastrophe venir. Pas ça non. Tout, mais pas ça. « Votre tout nouveau partner, l'inspecteur Lazare Wilkins » Au risque de paraître froide, elle fit un effort ultime pour ne démontrer aucune réaction qu'il serait en mesure d'interpréter lui-même. Ce n'était ni la place, ni le moment pour débattre de la question. Surtout pas sous le nez du nouveau. « Vous savez bien que je me débrouille parfaitement seule depuis mon arrivée ici, monsieur. Je ne crois pas qu'il est nécessaire de m’attribuer un partner » Le tout exprimé le plus poliment du monde, dans un calme absolu. Ce n'était pas du tout son genre de faire des scènes, encore moins au boulot. Son chef étira un sourire, avant de lui coller une claque dans le dos, dans un geste typiquement masculin dont elle avait horreur. « Ne faites pas cette tête sergent, je ne vous laisse pas le choix et puis je préfère ne pas vous savoir seule sur le terrain, question de prudence » Réellement agacée, elle ravala ses commentaires, avant de prendre la direction de la porte. Great. Elle devait obligatoirement se farcir un compagnon supposé faire... elle ne savait quoi exactement. L'assister ? La protéger ? Ça, non alors, elle savait se défendre toute seule. « Venez, on doit partir » D'un ton autoritaire, elle appela le nouveau pour qu'il lui emboîte le pas jusqu'à la sortie du poste. L'air aussi enthousiasme qu'un enfant devant un plat de choux de bruxelles, Logan s'approcha de la voiture tout terrain dans un silence détaché. Il n'y avait absolument rien d'autre à dire, elle n'était pas d'accord avec le fait qu'on lui impose ce gars-là. Elle ne savait rien sur lui, ni même s'il était moindrement compétent. De plus, étant méfiante de nature, elle ne se sentait pas du tout en confiance. Voilà qu'elle partait sur un cas de kidnapping avec un étranger, vraiment peu rassurant oui. Une fois installée derrière le volant, elle lui remit le dossier sur l'affaire. « Lisez ça pendant que je conduis » Il aurait les détails du véhicule qu'il recherchait et quelle direction il avait pris. Les témoins avait su décrire les vêtements du gamin en question, ce qui pourrait les aider. De leur côté, des policiers s'occupaient déjà de rejoindre la famille en question. Jetant un rapide coup d'œil vers son coéquipier, elle remonta la rue principale pour traverser vers le South Side. « Alors? Quelles sont vos expériences ou compétences ? » Une façon utile de faire la conversation. Rien de plus.




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 60

ft. : ben barnes


MessageSujet: Re: way down we go [Lazare&Logan]   Dim 8 Juil - 21:20

way down we go

Lazare Wilkins & Logan Marsh

Il a envie de hurler. Poings serrées, mâchoire contractée et muscles bandés, le regard rivé avec fureur sur ce tableau de bord qu’il a déjà frappé jusqu’à en être fatigué. Les traits tirés, les yeux cernés, il ouvre la boîte à gants pour en extirper arme et badge qu’il enfile de manière presque automatique. Vieux flic avant l’heure, déjà bien rôdé, trop habitué et désabusé par la connerie qu’est la vie.
Ses doigts se posent sur la poignée avant de se raviser tandis qu’il aperçoit une partie de la flasque planquée entre deux tasses de cafés vides et négligemment abandonnées. Tentation à laquelle il a vite fait de céder alors qu’il s’en empare pour en avaler deux longues lampées qui achèvent de lui brûler le gosier. Il pousse un soupir las et ferme les yeux quelques secondes pour achever de se calmer avant d’attraper un bonbon mentholé pour se glisser hors de son véhicule.
Les rayons du soleil agressent ses rétines et il se hâte de faire coulisser la paire de lunettes sur son nez en zieutant rapidement d’un œil mauvais l’entrée de ce petit commissariat qui ne fait évidemment pas le poids contre celui qu’il a été forcé de quitter. New York, son foyer. A cette pensée, le brasier de colère menace de se raviver et il secoue la tête d’un air agacé en se décidant enfin à y entrer.
L’intérieur est propre. Bien ordonné et relativement agité. Il observe d’un œil torve les agents vêtus d’uniformes s’affairer, presque paniqués alors que les lignes téléphoniques n’ont de cesse de sonner. De toute évidence, une affaire vient de se déclarer et elle ne semble pas à prendre à la légère. Quoiqu’il soupçonne ces policiers de province de stresser pour un rien. Supposition d’un flic aigri qu’il préfère garder pour lui histoire de ne pas froisser tout de suite la hiérarchie. Il ne compte pas passer le reste de sa vie ici.

« Bonjour… ? Je peux faire quelque chose pour vous ? »
Il tourne soudainement la tête pour tomber nez-à-nez avec une femme qu’il juge déjà comme un peu trop maquillée et parfumée. L’une des responsables de l’accueil, à n’en pas douter. Il lève les yeux au ciel derrière ses verres fumés et d’un noir impénétrable et lâche sans même prendre la peine de lui sourire.
« En effet… Lieutenant Wilkins. Je cherche le bureau du chef. »
Elle lui adresse une moue à mi-chemin entre l’agacement et le dédain et lui désigne du doigt la porte d’un bureau aux stores baissés avant de s’en aller sans demander son rester. Lui, il se contente de hausser les épaules pour s’y diriger en traînant presque des pieds, le menton tout de même levé dans un air fier et une main enfouie dans la poche de sa veste, y tripotant machinalement son paquet de cigarettes.
« Ah, vous voilà ! »
L’homme apparaît sur le pas de la porte, semblant pressé et préoccupé. Peu décidé à l’entendre se plaindre sur les horribles conditions de sa mutation dans ce trou paumé, donc. Dépité, Lazare se racle la gorge en serrant la main tendue face à lui, adoptant une attitude calme et sans histoires.
« Chef… Veuillez excusez mon léger retard, je dois encore m’habituer au trajet. »
Il entre alors à sa suite et ferme le bureau dans son dos avant de prendre place sur la chaise qui lui est désigné d’un geste sec. L’heure ne semble pas propice aux inutiles bavardages et il obtempère sans broncher. La hiérarchie, il connaît depuis de nombreuses années déjà et il a appris à s’y plier. En surface, en tout cas.
« Nous n’allons pas passer par quatre chemins… J’ai été averti de la raison de votre présence ici. Aucune preuve ne vous incriminant, nous n’allons pas nous épandre en conjonctures sur le sujet, un inspecteur tel que vous mérite amplement la présomption d’innocence… »
Il va pour ouvrir la bouche quand l’homme lève la main pour l’interrompre.
« Laissez-moi finir. Merci. Un élément tel que vous ne sera pas de refus surtout dans de pareils temps de crises… Il n’en reste pas moins que je serai extrêmement vigilant et intransigeant quant aux… faits… qui vous ont été reprochés. Castle Rock est une petite ville et tout finit par se savoir ici, soyez-en assuré. »
Il termine, les yeux rivés dans les siens, l’air mortellement sérieux et Lazare sent ses poings le démanger alors qu’il ne fait qu’acquiescer, feignant d’être résigné.
« C’est bien compris, chef. »
Affirmation qui sonne faux et lui laisse un goût d’amertume sur le bout de ses lèvres charnues.
« Bien… maintenant que nous sommes sur la même longueur d’ondes… laissez-moi vous présenter votre partenaire. Le sergent Marsh. Une excellente recrue avec de très bons résultats… j’ai dans l’espoir qu’elle soit d’une influence positive sur vous et votre duo devrait d’ailleurs nous promettre de résoudre rapidement toutes ces enquêtes. »

Des coups sont brusquement frappés à la porte et il émet un grognement furieux entre ses dents alors que le chef invite la fameuse Marsh à entrer. Sourcils froncés derrière ses lunettes, il se redresse sur sa chaise, protestant déjà intérieurement. Qu’il soit muté ici constitue déjà un calvaire, en soi. Qu’on lui impose une partenaire… c’est une autre affaire qu’il se refuse seulement à envisager. A croire que le chef a lu son dossier et prend à présent un malin plaisir à le torturer.
La jeune femme ne semble, quant à elle, pas décidé à affronter l’inévitable réalité. Regard qui l’évite sciemment alors que lui la fixe avec intensité, les yeux dissimulés sous sa paire de Rayban bon marché.
« Je partage l’avis du… sergent… ici présente. » tente-t-il d’insister au moment même où le chef le pousse presque vers elle dans un sourire qu’il juge forcé.
Sombre enfoiré.
« Je n’ai jamais eu de partenaires, de toute ma carrière d’inspecteur à la criminelle ! Je ne fonctionne pas comme ça. »
Protestations qui tombent dans l’oreille d’un sourd tandis qu’il est presque mis à la porte et qu’il se retrouve forcé de suivre l’énergumène aussi bavarde qu’une armoire. Lazare ignore volontairement ses airs autoritaires et décide de prendre place dans la Jeep, attrapant le dossier qu’elle lui tend histoire d’être un minimum au courant.
« Un kidnapping ? » marmonne-t-il entre ses dents.
Une enquête qui concerne une victime bien en vie. De mieux en mieux. Chose qu’il n’a pas eu à faire depuis qu’il est entré à la criminelle en tant qu’inspecteur. Lui, c’est les cadavres qu’il fait parler. Le poids des responsabilités est déjà bien moindre et ça l’arrange, lui qui a tendance à trop s’impliquer jusqu’à tuer les meurtriers. L’idée d’avoir des pressions supplémentaires de la part de la famille lui traverse l’esprit et lui file la migraine tandis qu’il écoute d’une oreille discrète sa supposée coéquipière.
« Ça, par exemple, c’est pas tellement mon domaine. » avoue-t-il sobrement, les yeux rivés sur le dossier. « Je préfère travailler sur des corps… bien morts. Mais je suis plutôt bon à dénicher les meurtriers. »
Il s’abstient d’ajouter « et de les tuer », détails confidentiels qu’il sait déjà connu du chef et c’est déjà une plaie, pas besoin d’en rajouter.
« Je suppose que j’ai un bon instinct. » ajoute-t-il en sortant une cigarette qu’il fait rouler entre ses doigts, ouvrant la fenêtre. « J’ai malheureusement perdu mon réseau d’indics en venant ici… on m’avait dit que ça serait tranquille mais ça commence à s’enchaîner. Entre ça et le dossier sur le corps découvert dans la forêt qu’on m’a refilé, hier. »
Il glisse le bâtonnet empoisonné entre ses lèvres et inhale doucement avant d’en recracher la fumée dans un geste d’une lenteur exagérée.
« Je ne ferai pas l’affront de dire que les seules compétences d’une femme résident en ses capacités de ménagère… alors, quelles sont les tiennes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 536

ft. : Elizabeth Olsen


MessageSujet: Re: way down we go [Lazare&Logan]   Jeu 12 Juil - 18:44

Lazare & Logan

Way Down We Go


Honnêtement, elle ne voyait pas comment elle s'en sortirait avec ce nouveau partenaire sur les bras. Elle n'était mentalement pas prête pour ce changement radical dans sa routine au boulot. Ça l'agaçait d'entendre quelqu'un d'autre qu'elle-même respirer dans sa bulle. Depuis toujours, elle connaissait bien le travail d'équipe, mais ça n'impliquait en rien d'avoir un collègue de coller à ses basques pratiquement 24 heure sur 24. C'était totalement différent et elle n'était pas très ouverte à l'idée de vivre ce changement-là maintenant tout de suite, au beau milieu d'une affaire urgente. Démarrant la Jeep, la blonde lui remit un peu sèchement le dossier afin qu'il s'informe de lui-même. Elle préférait se concentrer sur la route, sachant un peu vers quel quartier se diriger. Elle attendrait la confirmation de l'adresse dès que quelqu'un signalerait le véhicule. « Des corps morts ? Parce qu'il n'est pas de votre domaine de sauver des vies ? » Agacée par son commentaire, elle pinça les lèvres en maugréant intérieurement. Quel flic ne se réjouissait pas à l'idée d'être en mesure de faire une différence entre la vie et la mort d'une potentielle victime? Il fallait vraiment être dépourvu de compassion. Plein de gens comptaient sur eux pour revoir leur proche en vie. Personne n'était intéressé à récupérer un cadavre, car à ce stade-là, ils se foutaient bien de qui pouvait l'avoir tué ou non. C'était trop tard, un point c'est tout. Elle lui jeta un rapide coup d’œil lorsqu'elle reconnut le son d'un paquet de cigarettes qui s'ouvre. De mieux en mieux. S'il voulait crever d'un putain de cancer aux poumons, que grand bien lui fasse ! On était tous libre de s'intoxiquer à de la merde, mais pour sa part, elle ne s'adonnait pas à ce genre de pratique nocive pour la santé. Elle ferait une bien mauvaise mère devant Madzie et ce n'était pas l'exemple qu'elle souhaitait donner à sa propre fille. Elle roula donc les yeux d'exaspération, préférant ravaler un nouveau commentaire. À croire que plus les minutes passaient et plus il faisait exprès d'être insupportable. À sa place, elle n'oserait pas tester les limites d'une nouvelle collègue aussi rapidement. Il pourrait être étonné. Prenant soin d'inspirer longuement dans un appel au calme désespéré, Logan crispa les mains contre le volant lorsqu'il lança tout bonnement qu'il ne ferait pas l'affront, oh ça elle n'en était pas convaincu, de dire que les seules compétences d’une femme résident en ses capacités de ménagère. C'était donc un problème pour lui qu'elle soit une femme en plus d'être sa partner? Grinçant des dents, elle conserva un mutisme froid, très peu enthousiasme à l'idée de lui répondre. Changer de sujet serait probablement préférable.

Un appel radio combla heureusement le vide de la conversation, juste à temps pour la sauver. Elle décrocha en un éclair, prête à entendre de bonnes nouvelles. Ils avaient effectivement pu repérer le véhicule du suspect, près d'un vieux chalet au fond du South Side, en plein boisée. Peu surprenant. « Bien reçu, on y va » Observant un peu la route pour évaluer où elle se trouvait, Logan donna un coup de volant pour prendre rapidement le tournant sur la gauche. Parfait, ce chemin serait plus rapide pour atteindre sa destination. Elle n'hésita d'ailleurs pas à appuyer sur l’accélérateur. « Je vous demanderais d'avoir un minimum de concentration pour la suite des choses, sachant que ce genre de dossier vous ennuis, je ne voudrais pas vous voir plonger dans le sommeil à un aussi mauvais moment » Du genre maintenant, tu te réveilles et tu te secoues ou bien, j'te laisse moisir dans cette Jeep comme un pauvre chien bâtard. « Et je vous préviens tout de suite que je ne manquerais pas de porter plainte au chef dans le cas où votre conduite serait jugée dangereuse ou inappropriée » Une fois de plus, elle tourna brusquement sur un petit chemin de terre peu entretenu. Il y avait environ trois chalets rustiques là-dessus et très peu de signe de vie en général. N'ayant pas le choix de ralentir, elle s'arrêta prudemment dans une entrée qui n'était pas celle du suspect, mais de son voisin éloigné. Ils feraient le reste du trajet à couvert dans la forêt. Pas question de s'approcher directement et de risquer la vie de l'enfant.

Retirant les clés du contact, elle sauta en bas du véhicule, déverrouillant la valise à l'arrière. Il valait mieux s'équiper correctement. Elle laissa Lazare en faire de même, gardant un œil sur ses moindres faits et gestes. Aussi vive qu'un ninja, elle lui mit une claque sur la main lorsqu'il tenta de s'emparer du fusil shotgun, principalement utilisé pour exploser aisément les poignées de portes. « Tu touches pas, il est à moi » Monsieur allait se choisir autre chose, voir n'utiliser que son arme de service sans rien de plus. Terminant de s'équiper, elle récupéra des munitions supplémentaire, avant de s'emparer du shotgun. Agilement, elle glissa l'arme en bandoulière contre son épaule avant de faire signe à son partenaire de la suivre. « On approchera par-derrière... il surveille peut-être déjà les fenêtres, alors évitons de se faire voir. Je préfère lui faire la surprise, de cette façon-là, on aura une chance d'intervenir au bon moment » Si jamais il les voyait arriver, nulle doute qu'il tenterait de fuir ou pire encore, qu'il s'arme à son tour pour se défendre. Elle ne souhaitait pas se faire tirer dessus aujourd'hui, surtout pas avec un parfait inconnu à ses côtés qui se disait compétent, mais qu'elle croyait trop confiant et en qui elle n'avait pas du tout confiance. À couvert dans le boisée, elle marcha en silence, tout de même alerte au cas-où. Elle ne savait pas encore à qui ils avaient affaire, mais elle ne ferait pas l'erreur de le sous-estimer. Ce type avait kidnappé aisément un gamin en plein jour, il devait être assez intelligent pour se douter que des flics risqueraient de débarquer chez lui d'ici peu. Son instinct lui disait qu'il s'agissait sans aucun doute d'une demande de rançon pour les parents en question. Le fardeau d'avoir plus d'argent que ses voisins et qu'un seul et unique enfant. Bref, voyant la silhouette du chalet en bois se découper devant eux, elle ralentit doucement, s'assurant de se cacher derrière les arbres. Tournant la tête en direction de Wilkins, elle lui fit signe de s'arrêter. « Il y a un truc qui cloche... » Très sérieuse dans ses propos, elle observa le sol qui semblait drôlement piétiné pour un milieu de boisée. Attrapant une branche morte, elle tâta le sol devant elle, avançant de quelques pas. D'un claquement sourd, un piège à ours referma ses immenses mâchoires métalliques contre sa branche, la sectionnant en deux. « Fait chier, ses putains de chasseurs... » Un peu rageusement, elle jeta l’extrémité restante de la branche avant de soupirer entre ses lèvres. Ce gars avait piégé son terrain!    




AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: way down we go [Lazare&Logan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

way down we go [Lazare&Logan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Logan Echolls
» Recherche d'un adversaire Paris Saint Lazare
» Alice Logan [validée]
» Logan Wright
» Logan(X)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-