Castle Rock :: 
Castle Rock
 :: North side :: Residential District
Partagez | 
 

 Midnight Special - Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 148

ft. : Harry Lloyd


MessageSujet: Midnight Special - Gabriel   Ven 22 Juin - 11:37

S'il y avait bien une chose que Lawrence appréciait chez Gabriel, c'était son manque d'instinct de survie. Ainsi, le blond semblait être le seul à accepter de servir de cobayes pour les expériences du barman en guise de cocktail.
Soucieux de ne pas transformer le Werewolf en simple bouge de campagne, Lawrence changeait occasionnellement la carte des boissons selon les périodes, voir même les événements. De quoi lui rajouter du travail en plus -et gérer le seul pub de la ville, c'était déjà beaucoup- mais le jeune homme ne s'en plaignait pas et acceptait cette charge comme l'une de celles donnant une identité spécifique au pub.
Quelque chose qu'Irène lui avait appris au début, au tout début, alors que Lawrence avait à construire son établissement tout autant que sa vie, là qu'il avait tout perdu.
Parce qu'il n'était pas un bar branché de Manhattan, il ne proposait pas des cocktails tout le temps. Bien sûr, il y avait deux ou trois classiques, mais généralement Lawrence attendait que l'été s'installe pour véritablement compléter la carte.
Il en gardait deux-trois assez populaires et toujours capables de se vendre, et puis il en rajoutait d'autres, des occasionnels, des qui ne restaient pas. Les oiseaux de passages, comme lui-même les surnommait, ce même surnom donnés à ces personnes du Maine désertant la région une fois l'hiver venu pour des températures plus clémentes en Floride ou ailleurs.
Parce que les hivers du Maine pouvaient se révéler froids et solitaires, qu'y faire face demandait de la volonté ou bien, comme Lawrence se soupçonnait d'avoir, lui qui se complaisait dans les mensonges, quelque chose proche d'un coeur de pierre que rien n'émeut.
Un coeur de pierre avec des sentiments, Lawrence toujours serviable, toujours là, à plaisanter un peu, mais un coeur de pierre quand même.
Parce qu'il ne construisait rien de véritable, que sa vie et ses projets s'arrêtaient au pub, que ses rêves avaient l'avidité d'une terre de cimetière.
Cela ne le dérangeait pas, en matière de rêves il aimait écouter ceux des autres, les soutenir, les encourager.
Il essayait cela le plus possible avec Gabriel, conscient que le jeune homme portait sa propre tristesse aussi quand il méritait mieux.Mais c'était cela aussi, vivre....

Quand Gabriel lui rendait visite, cela apportait tout de suite un peu plus de vie, de dynamisme dans la demeure, chose que Lawrence appréciait. A petites doses, d'accord, mais appréciait quand même...
Et puis pour ces histoires de cocktails, Gabriel aidait pas mal.
Il savait goûter, donner son avis et surtout mettre un hola quasi-divin quand les tendances culinaires atrocement britanniques du barman menaçaient l'intégrité alcoolique d'une boisson.
On pouvait être aventureux mais respecter son foie et son estomac.

Bon, après une heure et demie de tests pour la nouvelle saison estivale, l'expérience gentiment alcoolisée avait viré à la simple beuverie entre amis. Ils pouvaient se le permettre, Lawrence avait noté assez de recettes intéressantes pour refaire temporairement la carte, les gens apprécieraient.
C'est alors qu'un bruit de camionnette remonta l'allée, en même temps que ledit véhicule dont les phares transpercèrent la fenêtre aux volets pas encore fermés.
Lawrence jeta un coup d'oeil vers l'horloge : minuit.
Allons bon, qu'est-ce qui se passait donc à minuit par ici?

Un bruit de sonnette. Pour une fois, l'électricité ne vacilla pas. En vérité depuis la châtaigne de Caïn, la maison semblait un peu moins capricieuse.
Le barman reposa son verre, et se leva, allant ouvrir la porte. Si on venait pour l'agresser, hé bien il avait un flic complètement bourré à porter de mains, alors il comptait sur Gabriel pour se rendre utile.

Casquette, maillot, colis, gros colis.

”T'nez M'sieur”, une voix avec -étrangement, l'accent du Missouri.”Toutes nos excuses pour le retard.”

Et sans plus de cérémonies, le livreur lui fourgua le carton dans les pattes avant de repartir.
A. Minuit.

”Gabriel, tu as mis une drogue quelconque dans mon dernier verre ou bien les entreprises de livraisons ont des horaires de plus en plus inhumains et instables?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 47

ft. : Max Irons


MessageSujet: Re: Midnight Special - Gabriel   Dim 24 Juin - 19:34

La perspective d’alcool gratuit et de cocktails trop fort ont séduit un Gabriel plus ou moins alcoolique, qui s’est rendu avec un large sourire sur le visage, presque en se frottant les mains, chez Lawrence. Le barman et lui même ont une histoire qui remonte à bien des années, mais lorsque ce dernier est venu vivre à Castle Rock, impossible de l’éluder. Simplement parce que Gabriel assume parfaitement ce qu’il s’est passé à l’époque, loin d’ici et qu’aujourd’hui, il ne cache pas non plus son goût prononcé pour la gente masculine, qu’importe les remarques des habitants conservateurs et républicains du coin. Son vieux père en est un bel exemple, mais il l’a toujours tenu dans le secret et au vu de son état de santé actuel et de démence, le jeune Marshall n’est pas inquiet outre mesure.

Les mélanges s’enchainent, se succèdent, Gabriel goute en finissant toujours par avaler le contenu de son verre, se désinhibant rapidement. Oh bien sur, le jeune homme est particulièrement résistant à l’alcool, surtout au vu de ses années de pratique, mais il n’en reste pas moins capable de finir ivre et souvent, les soirées « découvertes » de Lawrence, finissent en grosse beuverie. Lui, prenant les devant des conneries, le barman, le suivant rapidement ensuite. Si lors des premières tentatives, Lawrence ne goutait que peu, Gabriel lui, l’a très vite poussé à boire à son rythme. Sauf que les carrures des deux hommes ne sont pas les même, l’entrainement physique non plus, sans parler de la prédominance à l’alcoolisme, très poussée dans la famille Marshall. Ou disons dans le seul héritier qu’il en reste. Se levant de sa chaise, presque brusquement, brandissant son verre d’un étrange cocktail, non identifiable à ce stade de la soirée, mélange abrupt de divers alcools forts et diluant plus ou moins mal assortis, Gabriel s’exprime avec une voix convaincue, mais qu’on devine alcoolisée. « J’voudrais porter un toast à la qualité de cette soirée ! » S’exclame-t-il dans un sourire presque audible, tandis que Lawrence glousse.

C’est là qu’un bruit se fait entendre dans l’allée et que les deux hommes se fixent, fronçant les sourcils aussi interrogateurs l’un que l’autre. Un bruit de sonnette les fait tressaillir alors que machinalement, Gabriel repose pour son verre pour se saisir de son arme, juste au cas où. Oui, son arme, alors qu’il est passablement ivre, l’excellente idée. Suivant Lawrence qui s’approche de la porte, bien que restant à distance, Gabriel observe, les sourcils froncés de suspicions. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il voit se dessiner un livreur Amazon, à l’uniforme reconnaissable. « Qu’est ce que… » Balbutie t-il, perplexe, alors que Lawrence réceptionne le colis avec un air ahuri. Le livreur s’éclipse et voilà que le barman se tourne vers Gabriel. Rangeant son arme dans son étui, et posant ledit étui sur la commode de l’entrée, le jeune flic ne peut s’empêcher de rire. « J’opte pour la deuxième option, j’crois que les mecs sont sacrément dans l’excès ! » Déclare t-il en gloussant de nouveau. « Bordel, qu’est ce que t’as commandé en plus ? » Oui parce que les phrases de Gabriel contiennent très souvent des insultes, comme mot de liaison, ou simple ponctuation. Elevé dans une famille plutôt rustre et bourru, les bonnes manières en moins. Bien que sur ce dernier point, il a appris à se tenir à carreau avec le gentleman qu’est Lawrence et qui lui apprend quelques manières « d’homme distingué » comme il dit si bien. Une classe naturelle que Gabriel n’aura jamais, même avec tous les efforts du monde. Il transpire la famille républicaine moyenne.

Retournant près de la table, là où Lawrence pose le carton pour récupérer un cutter et l’ouvrir, le sergent de police se ressert un verre de cette espèce de mélange étrange trônant dans une carafe en verre. Une douce couleur orangée certainement trompeuse. Surtout vu comme elle cogne à ses tempes, bien moins inoffensive qu’elle le laisse paraître. « J’sais plus ce que t’as foutu là dedans, mais putain ça cogne, j’crois que j’suis bourré en vrai » No shit, Sherlock.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 148

ft. : Harry Lloyd


MessageSujet: Re: Midnight Special - Gabriel   Lun 25 Juin - 6:38

Rien n'inquiétait Lawrence, que ce soit le coup de sonnette, Gabriel complètement ivre ou Gabriel complètement ivre mais avec une arme chargée en main.
Le barman possédait cette assurance tranquille capable de le convaincre lui-même que rien de dangereux ne pouvait arriver parce que...hé bien parce que les choses étaient comme cela, voilà tout.
Le pire avait déjà été là une fois, l'innommable, bien que celui-ci restât secret, Lawrence le portait comme un bouclier face aux ombres et face aux hommes.
Il rentra, le carton à la main. La voix de Gabriel remplissait la pièce, joyeuse, fantasque. Bien que du même âge que lui, Lawrence considérait pourtant le jeune homme comme un cadet, Peter Pan étrange face au sérieux des adultes. Il acceptait beaucoup de choses de lui, de fait, y compris beaucoup d'erreurs. Des erreurs qui n'en étaient pas toujours, la vulgarité de l'autre ne le gênait pas, ses manières également.
Il ne savait quel rapport au monde Gabriel pouvait entretenir, mais si cela permettait à l'autre de pouvoir apprivoiser l'univers pour y vivre, Lawrence n'y voyait aucun inconvénient. Lui-même possédait des tics et manies peu compréhensibles après tout....
Et puis il connaissait le visage de l'autre surtout, les rides d'expressions qui pouvaient le parsemer au gré des questions et des problèmes.
Dans la vie, tout n'avait pas à être un problème, le barman philosophait ainsi. Gabriel n'en était donc pas un pour Lawrence, pas plus que Lawrence n'en était un pour Gabriel....
Ils étaient amis, cela au moins était sûr, défini. Face à une difficulté, Gabriel se montrait disponible. Il n'était pas le seul, Lawrence savait qu'ici, à Castle Rock, il était secret, non esseulé. La nuit, quand il y repensait, cela pouvait réconforter...
De même, le barman était là pour l'autre, l'écouter, lui parler. Le rassurer aussi, autant que pouvait le faire la promesse que tout irait mieux un jour. Qu'en attendant, Gabriel non plus n'était pas tout seul....

Et Gabriel, ce soir là, était joyeux, content de boire avec lui, de passer sa soirée ici.
De regarder son ami ouvrir un paquet de minuit.
Cutter en main, Lawrence esquissa un sourire : ”Ce que tu bois est un savant mélange de rhum de haute qualité, avec divers jus pressés moi-même dans l'après midi.... C'est l'un des plus fort également, le dosage a été un peu déséquilibré pour que la couleur prenne le pas.”

ll reposa le cutter avant d'ouvrir les rabats du carton, les yeux sur Gabriel. ”Bah, des vêtements de nuit je suppose, les commandes pour le pub sont livrées là bas et je ne prends rien d'autre sur internet.”
Cela était vrai : les livres, Lawrence se déplaçait jusqu'à Augusta dans une librairie tenue par une charmante rousse avec qui il avait déjà passé des soirées exquises. Ils se rappelaient parfois, continuaient à se conseiller l'un l'autre en matière de romans ou à se proposer un dîner quand Lawrence avait un soir de libre. Ils ne couchaient plus cependant, la jeune femme désirait de la stabilité aujourd'hui, Lawrence n'en avait aucune à lui apporter. Cela s'était passé sans heurt avec assez de bons souvenirs et d'amitié pour ne pas se laisser aller aux regrets...

”Oh My...”, le barman venait de voir le contenu de la boîte à présent.”Je sais que j'ai des goûts étranges pour le commun des mortels en matière de pyjamas, cependant je n'ai pas commandé ceci, il a dû y avoir confusion.”

En effet, ceci-dit Lawrence était d'accord pour trouver l'ensemble de lingeries et de porte-jarretelles d'un très bon goût. Un rouge soutenu et assez profond pour ne pas être vulgaire, des laçages élégants... Le boa en plume n'était peut être pas nécessaire mais pouvait être accepté comme une touche fantasque comme une autre.
Il leva la paire de menottes -sans fourrures- d'une main, haussant un sourcil impressionné : Lawrence connaissait cette marque et ce modèle d'objet pour avoir passé des moments intéressants avec déjà. En compagnie de qui, évidemment le jeune homme n'en disait rien....

Il fouilla un peu plus, essayant de ne pas froisser le tissu, dans l'espoir de trouver une facture avec le destinataire (la destinatrice) réel(le) du paquet.
Ah il y avait quelque chose au fond mais ce n'était pas un papier et...

”My God, la taille est monstrueuse enfin!” Il reposa bien vite l'objet, mettant la lingerie par dessus et toussotant légèrement, les joues rouges.
Le barman laissa le carton, reprenant place sur le canapé pour réfléchir un peu.

”Tu crois que quelqu'un aurait pu m'envoyer ceci pour me faire une mauvaise farce?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 47

ft. : Max Irons


MessageSujet: Re: Midnight Special - Gabriel   Dim 1 Juil - 13:29

Après avoir balancé qu’il est persuadé d’être ivre, avec toute la verbe dont il est capable, Gabriel observe le contenu de son verre en écoutant la réponse de Lawrence. « Oué, j’te crois, même si j’capte pas tout, enfin c’est bon en tout cas, mais putain de traître » Parce que oui, les détails du mélange ne parlent pas réellement au jeune flic, surtout avec ce degrés d’alcoolémie. Alors il hausse les épaules et sourit largement, un peu bête, désinhibé, en soit. Mais malgré le fait qu’il comprenne tout à fait être ivre, il ne s’arrête pas pour autant. L’alcool a rarement de limites chez Gabriel, qui estime qu’il doit profiter de chaque instant, quitte à se bousiller la santé de trentenaire en devenir, pourtant en forme.

Levant son verre fraichement rempli, Gabriel s’en enfile une gorgée, avant de sourire largement lorsque Lawrence lui exprime le contenu, probable, de son paquet. « Des vêtements de nuit, huhu » Se moque t-il gentiment, en imitant un homme maniéré à outrance. Taquin quant au côté gentleman de Lawrence, qu’il admire pourtant énormément en vérité. « Genre t’as besoin de vêtements pour la nuit ? Perso je dors à poil ou en boxer, ça va très bien, puis j’me fais pas chier avec des colis » Renchérit-il toujours sur un ton un peu provoquant, un peu moqueur, mais toujours bon enfant. Gabriel n’a jamais été foncièrement méchant avec Lawrence, par pur plaisir. Il apprécie sa compagnie, son amitié et les souvenirs qu’ils ont pu partager et c’est pour lui tout ce qui compte. Il faut dire que le sergent de police n’est pas un mauvais bougre, il a juste fait les mauvais choix, ne s’embarrassant pas de complications. Dans ses trafics, comme dans son mode de vie, simple, sur lequel il insiste.

Nouvelle gorgée de son verre tandis que finalement, Gabriel se déplace jusqu’à Lawrence pour se camper derrière lui, penchant légèrement son visage par dessus l’épaule du barman pour observer la raison de sa surprise. « Oh bordel ! » S’exclame-t-il avant d’éclater de rire. « Tu me caches des trucs, Law ! » Renchérit-il, mort de rire, avant de contourner un peu la silhouette de Lawrence pour venir piocher dans le carton après avoir posé son verre sur la table. Il en sort le boa de plume, le passe autour de son cou, l’y enroulant, avant de jouer avec comme un idiot, taquinant Lawrence au passage de la pointe de son accessoire à plume. La perplexité du barman ne fait que renforcer l’hilarité du jeune flic, qui après avoir fait deux trois pas de danse affublé d’un beau boa en plume rouge, s’approche de son ami pour pencher le visage dans le carton. « Ahahahah ! Putain ce truc ! » S’esclaffe-t-il une nouvelle fois, perdu dans son rire d’ivresse. Trop de cocktail. Il le sort d’ailleurs du carton pour le brandir face à Lawrence, s’en servant comme d’une épée pour asséner son ami de coups, avant de lui en coller un dans la joue. « Laisse moi te bifler, j’sais que t’adore ça ! » Lâche t-il, perdu dans ses jeux d’adolescent en pleine découverte de la sexualité, avant de rire de nouveau. Un gloussement idiot.

Lawrence écarte l’objet d’un geste de la main, avant de demander s’il s’agit là d’une mauvaise farce. « J’en sais rien, mais putain ça m’a fait ma soirée ! » Déclare Gabriel, un large sourire sur le visage, alors qu’il balance de nouveau le god dans le carton avant de reprendre une gorgée de son verre. « Et si t’essayais ce petit ensemble hein, chéri ? » Glousse-t-il de nouveau, en dégainant le porte-jarretelle du carton, l’exposant fièrement face à un Lawrence dépité, qui se laisse choir sur le canapé. « Tu me fais un strip ? »
Gabriel, ce gros lourd.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 148

ft. : Harry Lloyd


MessageSujet: Re: Midnight Special - Gabriel   Dim 1 Juil - 15:59

Oui, il cachait des choses à Gabriel. Des choses bien plus grave qu'une possible envie de lingerie, des choses de mort et de deuil quand bien même le jeune homme pourrait l'aider pourtant.
Perdre quelqu'un de cher, il savait ce que cela faisait.
Parfois, il s'en ouvrait à Lawrence et Lawrence écoutait, consolait, resservait un verre d'alcool aussi. Des choses qu'il se refusait à lui-même...
Aussi, le commentaire de l'autre lui arracha un sourire comme un coup de poing. Il ne dit rien de plus, ne rajouta rien, habitué qu'il était aux frasques du flic, à son caractère entier, et aussi trop attaché à ses secrets à lui.
Au fond, Lawrence ne faisait confiance à personne....
Quant au soit disant problème des pyjamas, là aussi le brun ne préféra pas s'y aventurer. Il n'avait commencé cette “collection” qu'à son arrivée en Amérique. Il y avait quelque chose propre à l'enfance dedans, le ramenant à ses parents peut-être quand aucun des deux n'était plus là. Aux traditions familiales aussi, les pulls de noël plus laids les uns que les autres pour des fêtes bien kitsch et, et...
Ils étaient morts avant noêl, avant qu'ils ne s'accueillent en pulls immondes.  Gabriel n'était pas idiot, savait que quelque chose se cachait dans cette histoire de pyjama. Son boulot c'était ça, deviner, déduire, et sans doutes se souvenait-il que lorsqu'il dormait avec quelqu'un, oui Lawrence se contentait d'un boxer et d'un marcel.
La matière synthétique dont était fait l'objet oblong (et long tout court d'ailleurs) lui taquinait la joue. Depuis combien de temps Gabriel n'avait pas rigolé comme cela? La question trotta dans la tête du barman, s'y installa. Il y avait l'alcool bien sûr, mais aussi la surprise totalement génuine, le plaisir de se laisser aller aux blagues graveleuses, adolescentes.
De ne pas se retenir.
D'une certaine manière, cela se rapprochait de Lawrence et de ses pyjamas, le barman l'admettait avec flegme, aussi ne jugeait-il pas, se contentant de subir et de le laisser se défouler.
Avant de lui attraper le menton pour abaisser le visage du jeune homme jusqu'au sien, le forcer à le regarder.

”My house, my rules, dear.... si tu veux jouer avec ces vêtements, tu devras les mettre, toi. Je me rendrais ainsi mieux compte si je garde finalement le colis, ou non.”

Bien sûr, l'idée qu'on lui ait fait livrer cela dans un but précis et moqueur continuait de lui trotter dans la tête. Il relâcha Gabriel après une petite tape sur la joue comme il lui en donnait souvent et se saisit de son téléphone, prêt à regarder le numéro de commande. Cela ne menait à rien...

”Sois un amour aussi, tu pourras pister cela pour moi? Oui tu peux prendre le colis comme pièce à conviction et oui tu peux le perdre comme de par hasard pour en réalité le garder pour toi et faire je ne sais quoi avec. “

Lawrence avait déjà eu à régler des situations délicates par le passé, notamment à base de maris trompés. Avec ses contacts dans la police, Gabriel s'était montré d'une grande aide pour lui...
Et parfois, Lawrence n'allait pas que vers les femmes. Il en avait toujours été ainsi, le brun ne se questionnait jamais sur le sujet, prenait juste ce que les événements pouvaient lui offrir.
Prenait, appréciait.
Cela pouvait déplaire à d'autres, et à Castle Rock chaque rumeur possédait un poids certain. Pour Lawrence, il convenait de garder la tête hors de l'eau avant de se retrouver débordé par la situation. Paranoïaque, lui ?
Sa famille avait été tué par un fou furieux ayant réussi à faire passer cela pour un accident, et personne ne le croyait, alors bien sûr qu'il l'était.
Est-ce que cela l'empêcherait pour autant de coucher avec un homme ou une femme? Non, Lawrence était Lawrence, séducteur et prêt à profiter de tout lorsqu'il s'agissait d'être à deux.
Cela, chez lui, ça ne changerait jamais....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Midnight Special - Gabriel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Midnight Special - Gabriel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» London Stiller...she's a special girl
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-