Castle Rock :: 
FACE YOUR FEAR
 :: We lie best when we lie to ourselves :: welcome in a cursed town
Partagez | 
 

 quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Messages : 40

ft. : Matthew Daddario


MessageSujet: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 8:31

''Monsters are real. Ghosts are too.
Octavian
King
26 ans
It


LIEU DE NAISSANCE : Augusta, Maine, Etats-Unis - NATIONALITÉ : Américain - ÉTAT CIVIL : Célibataire - ORIENTATION : Bisexuel - MÉTIER/ÉTUDE : Peintre - FAMILLE : Son père est parti quand il était très jeune, tandis que sa mère est toujours là, plus religieuse que jamais. - AVATAR : Matthew Daddario.


We make up horrors to help us deal with the real ones.

TRAUMATISME(S)

Ai-je déjà eu le malheur d’être traumatisé dans ma courte vie ? Je suis encore jeune ; il me reste tant de temps à être traumatisé de quelconque façon. Bien entendu, suis-je sans aucun doute un être infâme et monstrueusement hideux à l’intérieur que je pourrais malgré tout vous décrire un épisode plus que traumatisant à mes yeux.

Que pensez-vous de découvrir ce qui se cache sous cette juvénile apparence de peintre, que je suis, et que je serais pour l’éternité. Ai-je l’envie de vous l’apprendre de ma bouche, des mots que j’écrirai, ou bien dois-je user d’un pinceau pour vous montrer l’ampleur de ces conséquences, de ces traumatismes que j’ai pu vivre, étant plus jeune ?

Les traumatismes que j’ai pu vivre ne sont franchement pas aussi affreux que ceux que certains ont vécu, croyez-moi lorsque je vous parle de cela. Alors que je n’avais toujours pas poussé mon hurlement de naissance, ma chère mère, une religieuse qui devient plus religieuse que jamais au fil des jours et jamais moins religieuse alors que la vie avance et qu’elle se rapproche de la mort, me donna ce charmant nom qu’est Octavian. Octavian. Moquez-vous de mon nom ; moquez-vous de tout ce que vous voulez, mais je vous prierai de ne point le faire devant moi ; faites-le derrière, pitié. J’en ai assez de ces moqueries, de ces foutues moqueries. Quand je n’étais encore qu’un enfant, je découvris à quel point les autres enfants étaient plus cruels que les adultes ; et rapidement, je reçus le surnom « Oct the King », contre ma propre volonté. A force d’user de ce surnom, et alors que je me présentais sans cesse sous le surnom d’Oct, à cause de cette peur paralysante que quelqu’un ne veuille se moquer encore de mon prénom, certains se mirent à penser que je m’appelais en réalité October. Bien entendu, ces dites personnes, ce nouveau groupe, commencèrent peu à peu à me harceler, à me pousser et me violenter à chaque occasion qui leur fut donnée ; ils me nommaient ainsi « October the Loser », et à une grande vitesse, mon premier groupe de harceleurs s’ajouta à la donne, pour mieux me tourmenter.

Je ne savais que faire. J’étais pris au piège parmi des enfants qui n’avaient pour compétence que d’humilier et d’embêter leur petit monde qu’ils se construisaient. Plus le temps avançait, et plus je devais subir ces surnoms immondes ; je me présentais continuellement sous ce même surnom, « Oct », parce que je restais terrifié, encore et encore, jamais moins et toujours plus, à l’idée que quelqu’un trouve mon prénom moche. Mon prénom était moche, je le savais, mais je ne voulais plus de moqueries à tout va. Que cela suffise ! Je n’aimais guère ces êtres moqueurs, et je supportais encore moins cette attitude qu’ils adoptaient tous, avec leurs airs de racailles qui ne valaient rien. Ma mère, elle, n’avait de cesse de me supplier de prier à ses côtés parce que les autres enfants n’étaient que des êtres impurs, et que j’étais le seul petit garçon pur qui existait sur cette planète. Dieu te pardonnera, mon enfant ; Dieu te pardonnera. Prie, prie donc, mon fils, prie ! me répétait-elle souvent. Un traumatisme ? La religion ? Ne soyez donc pas aussi moqueurs, je vous prie. Bien entendu que le comportement digne d’une religieuse fanatique de ma mère m’avait longtemps traumatisé ; je pensais être différent des autres enfants de mon âge, de mon école, alors que j’étais le même. Exactement le même petit garçon, formé de la même façon. Mais elle, elle ne pensait pas ainsi. J’étais exceptionnel à ses yeux. Et je puis vous assurer que j’avais bien l’intention, dès lors, de le devenir réellement.



There's blood in every backyard, inside every home.


✘ Je suis né un huit octobre, rappelant sans aucun doute le huitième mois de l’année, c'est-à-dire le mois d’août, tandis que l’on faisait une référence de plus au mois d’octobre. Où étais-je né ? A Augusta, dans la capitale de l’Etat du Maine, aux Etats-Unis. A cause de ma date d’anniversaire et de mon lieu de naissance, certains trouvaient le moyen de m’humilier et de m’embêter toujours plus, étant enfant. On me surnommait « Oct the King », puis « October the King », et quelques enfants venaient même à dire que j’étais « The King Oct of August of the town of Augusta ». Allez comprendre l’intérêt qu’ils avaient de me marteler de surnoms... moi-même je ne les comprends pas.

✘ Je ne me souviens guère de mon père, mais il semblait être un homme peu recommandable, à bien y voir de plus près. Il nous a quitté, ma mère et moi, lorsque je n’avais encore que quelques mois. La seule chose que j’ai pu découvrir venant de lui était qu’il était originaire de Castle Rock, une ville dans le Maine. Dans le même temps, il n’était absolument pas un religieux, mais là encore, je ne sais si ces informations sont véridiques.

✘ Ma mère, Brunella King, est née dans une famille de religieux extrêmes ; sa propre mère se fit ainsi violée par le Père, mais je ne sais quel Père encore. Elle devint tout aussi fanatique que les membres de sa famille, et tenta même de m’inculquer les bases de la religion ; une religion que je ne méprisais pas, mais que je ne voulais pas obtenir à vie.

✘ Le harcèlement que j’ai subi, étant enfant, a commencé lorsque je me suis présenté -la seule fois où je me suis présenté ainsi en réalité- sous mon nom complet : Octavian King. J’avais beau avoir six ans, je compris dès lors qu’il m’était urgent de ne plus me faire nommer de la sorte, mais à mon grand dam, les autres enfants avaient déjà débuté avec leurs surnoms sans intérêts bienveillants. Depuis, je me présente en tant qu’Oct.

✘ Quand je n’étais encore qu’au lycée -je devais avoir dix-sept ans-, j’ai fait la rencontre d’une charmante religieuse. Il me semblait bien qu’elle se nommait Arielle Wright si mes souvenirs étaient bons, s’ils me permettaient de me remémorer son doux visage et surtout sa capacité excellente à me comprendre. Elle fut ma première petite-amie, ma première fois, et ma première surtout. Je l’avais grandement aimé, quand bien même elle était religieuse. Malheureusement, ses parents apprirent notre relation, et ils quittèrent Augusta définitivement ; sans doute est-elle maintenant enfermée dans un couvent pour ne plus répéter cette erreur qu’est la luxure. Prenez garde, les religieux ne plaisantaient pas avec les sept péchés capitaux.

✘ Si je devais parler de nouveau de ma mère, je vous dirais qu’il s’agit là d’une très belle femme. Elle m’eut lorsqu’elle n’avait que quatorze ans ; comprenez donc que les relations sexuelles ne sont définitivement pas ce qu’elle aime le plus au monde. Mais il me semble bien que mon propre père, un homme que je ne connais pas vraiment, n’est en réalité pas mon père biologique. Sans doute ma mère a-t-elle péché et le Père aurait ainsi tenté de lui ôter ses crimes envers Dieu ? Pour la laver de tous ses péchés, m’a-t-il créé en même temps ? Cela signifierait ainsi que le Père est mon propre père biologique, et que ma mère est... ma sœur ? Je ne veux même pas y penser.

✘ A dix-huit ans, je commence à peindre. Ma mère trouve mes peintures hideuses ; elles sont toutes sombres et ne reflètent que les pires péchés que Dieu ne puisse pardonner. Elle me supplie d’arrêter mes bêtises, et me demande encore et toujours plus de prier à ses côtés. Je prie. Mais je ne prie pas pour mon salut comme elle le fait si bien ; non, je prie pour le sien. J’aime beaucoup ma mère. Au fond, elle est la seule qui me comprenne véritablement, et je ne veux que son bonheur.

✘ Vers l’âge de dix-neuf ans, je poursuis ma passion pour la peinture, à l’abri des yeux perçants de ma mère. Elle ne veut plus me voir peindre, et n’aime pas que je touche à ces choses d’artiste. Elle pense que les artistes sont des pécheurs, et sûrement a-t-elle raison. Ainsi, je peins des visages ; je peignais souvent celui d’Arielle. De la belle Arielle. Parce que j’aimais beaucoup ses expressions faciales, et j’aimais son corps, alors je commence à peindre également les corps nus. Après avoir peins Arielle, je peins ma mère. Ma mère et sa beauté sans nom pour une religieuse fanatique, pour ma mère. J’aime ma mère, vous le saviez ?

✘ Toujours âgé de dix-neuf ans, je me rends à l’Église pour prier comme me l’a demandé ma mère, parce que je commence à être obéissant envers elle, et à faire tout ce qu’elle me demande. Je n’abandonne pas la peinture pour autant, mais je me cache. Je ne veux pas qu’elle soit triste ; j’ai immortalisé son visage si mélancolique sur une toile, et je trouve maintenant qu’un sourire serait plus plaisant. Ma mère est une femme magnifique quand elle sourit, quand elle est heureuse. J’aime beaucoup ma mère. Alors je me retrouve aux côtés du Père. Le Père est un homme d’âge avancé ; je me demande s’il pourrait être mon père biologique. Ma mère m’a-t-elle menti en me parlant d’un homme originaire de Castle Rock ? Je parle avec le Père de ma mère, et de sa santé. Je lui parle de la mienne, et de ce que je commence à faire, de mon absence de péchés... pour le moment.

✘ J’atteins mes vingt ans en peu de temps. Le temps passe à une vitesse hallucinante, et je continue de peindre. Cette fois-ci, après avoir représenté les corps nus d’Arielle et de ma mère, j’ai commencé à peindre le visage du Père. Il cache quelque chose, je le sens. Ne le sentez-vous pas ? Je ne sais guère de quoi il s’agit, mais je veux savoir. La curiosité est un péché pour ma mère. Alors je pèche, mais j’en reste indifférent. Que Dieu me punisse s’il le veut, mais cela ne m’atteint que très peu. Je vais parler à une religieuse que je vois souvent en train de prier. C’est une femme fragile et belle. J’entame une relation basée sur les rapports sexuels avec elle, peu de temps après notre première rencontre. Elle a connu ma mère quand elles n’étaient encore que des enfants. Elles étaient même amies. J’apprends d’elle que ma mère avait connu un homme, à ses quatorze ans, et qu’ils s’étaient un peu embrassés. Mais embrasser, ce n’est pas fauter, si ? Elle me surprend en me révélant que fauter est grave, mais que le Père peut leur offrir le pardon. Ma grand-mère, la mère de ma mère, avait fauté, et était allée voir le Père ; neuf mois plus tard, elle donnait naissance à Brunella King. Il lui avait pardonné sa faute, et Dieu la bénissait maintenant. Ma mère a suivi le même chemin que sa propre mère. Neuf mois plus tard, elle me donnait naissance. Le Père est originaire de Castle Rock. C’est tout ce que je sais maintenant ; mais, lui, est un religieux. Pas l’homme que ma mère m’avait dépeint, jadis.

✘ Je deviens officiellement peintre à Augusta, à l’âge de vingt-et-un ans. Je vends mes premières toiles à un collectionneur d’arts qui trouve mon talent surprenant et sombre, et moche, mais beau à la fois. Cela me fait plaisir. Je gagne de l’argent par moi-même. Je continue de dessiner ma mère ; j’ai vite oublié Arielle. Ma mère est ma sœur. Ou bien la religieuse m’a-t-elle menti ? Je ne sais pas, mais je ne veux pas vraiment savoir.

✘ A l’âge de vingt-deux ans, j’adopte Tave, un chiot. Il est beau, et je l’aime beaucoup. Je viens même à le dessiner ; il m’inspire.

✘ La religieuse m’a fait des avances. Je l’ai tué. Et ensuite, j’ai pris un peu de temps avant de quitter son cadavre. Je l’ai dessiné. Elle était belle, sur la toile. Très belle même.

✘ J’ai tué Billy, Zach et Jarod. Nous nous étions croisés de nouveau, et ils m’avaient appelé « Oct the King ». Je n’ai pas apprécié, et je les ai tué. Puis, je les ai dessiné. Ils étaient beaux, sur ma toile. Très beaux même.

✘ Je suis allé voir le Père, comme ça. Par pure envie. Mais je l’ai découvert dans une position peu avantageuse, aux côtés d’une femme qui avait péché, à son tour. Alors je les ai tué. Eux aussi. Ils étaient beaux, sur ma toile.

✘ J’atteignais mes vingt-six ans. J’ai demandé à ma mère de venir avec moi vivre à Castle Rock. Elle n’en avait pas envie, alors je l’ai laissé à Augusta. Et je suis parti vivre là-bas, dans la ville natale du Père. Il était beau, sur ma toile.

✘ Après mes crimes, la police est venue me voir. Elle pensait que j’avais tué toutes ces personnes, mais comment aurai-je pu ? Je suis un religieux, alors, devant eux, j’ai prié. Ils n’avaient pas de preuves et pensaient que je ne pouvais être un tueur, alors ils sont partis et m’ont laissé. Je me suis hâté de quitter Augusta, et j’ai rejoint Castle Rock. Je suis peintre pour de bon maintenant.



Pseudo : avery - Pays : France - Inventé/Pré-lien : inventé - Où avez-vous connu le forum? : sur bazzart ! - Commentaires : j'aime énormément l'univers de Stephen King, et voir un forum basé sur ça m'a motivé à venir m'inscrire ici !  
They live inside of us, and sometimes, they win”


Dernière édition par Octavian King le Mar 24 Juil - 9:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 669

ft. : Elizabeth Olsen


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 8:35

Matthew super choix de vava Bienvenue par ici et bon courage pour la fiche! J'ai déjà hâte d'en savoir plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 380

ft. : Alicia Vikander


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 8:37

bienvenue à toi ! -patpat le petit chien- amuse toi bien par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 40

ft. : Matthew Daddario


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 8:38

Merci à vous deux pour l'accueil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 288

ft. : Tom Holland


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 8:54

Oh Matthew, quel bon choix
Puis ce petit chien est adorable!
Bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 316

ft. : KJ Apa


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 9:14

Bon choix de vava!
Bienvenue à toi!
J'ai hâte d'en lire plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 40

ft. : Matthew Daddario


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 9:51

@Finnegan O'Malley : merci beaucoup ; c'est vrai que le chien est adorable, mais celui de ton profil l'est tout autant

@Mikko Leon : merci pour l'accueil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 188

ft. : Cujo Carousel


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 10:38

Welcome to Castle Rock. May you ends well...

   


   Tu es désormais validé! Tu peux donc aller découvrir le forum, si ce n'est pas déjà fait. Pour aider voici quelques liens rapides à visiter; pour commencer, tu peux dès maintenant recenser le métier de ton personnage. Tu pourras ensuite aller poster une fiche de liens pour trouver des connaissances à ton personnage. Si tu as déjà des idées en tête, tu peux également créer des pré-liens. Pour te lancer dans le rp, n'hésite pas à utiliser la recherche de RP. Une autre petite astuce pour trouver des liens; nous t'invitons à créer un téléphone à ton personnage, afin de pouvoir utiliser la rubrique petites annonces du Castle Rock Call.

   En cas de question, n'hésites pas à communiquer avec l'administration. Bonne chance!

   

   

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 40

ft. : Matthew Daddario


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 10:39

Merci pour la validation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 114

ft. : MAGGIE Q


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 12:06

On sent une folie douce émaner de la fin de la fiche, c'est hyper flippant What a Face

Bienvenue à toi I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 40

ft. : Matthew Daddario


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 12:26

Merci Joanie ! C'était un peu le but, alors ravie que ça se remarque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 71

ft. : Jack Falahee


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 13:34

Bienvenue à toi nouveau psychopathe What a Face
on va dominer la ville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 206

ft. : dylan o'brien


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 13:39

BIENVENUE
Encore un IT... avec une si jolie tête, vous voulez ma mort
Ce personnage promet vraiment et j'ai hâte de le voir jouer inRP... mon Lazare va avoir du boulot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 40

ft. : Matthew Daddario


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 14:51

Merci à tous les deux pour l'accueil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 20

ft. : Amy Adams


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mar 24 Juil - 15:52

Bienvenue parmi nous! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Messages : 40

ft. : Matthew Daddario


MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   Mer 25 Juil - 16:24

Merci Kathleen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)   

Revenir en haut Aller en bas
 

quand la malchance ne s'arrête pas à la naissance... (octavian king)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Dakar : quand vont-ils l'arrêter ?
» On a arrêté de chercher les monstres sous notre lit quand nous avons réalisé qu'ils étaient à l'intérieur de nous. ✗ caly
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-